La vie psychique des bébés et de leurs mères en période de crise Covid-19

Voilà mon amorce, personnelle, donc typée et engagée, mais qui vous invite à poursuivre et broder « tricoter », comme disait Michel Soulé, ce premier lange, première grenouillère pré-tissée dans une tessiture mondialisée (délocalisée en Chine, en Inde ou au Pakistan) et finalement si fragile ! J’essaie de trouver un angle d’attaque qui ne soit pas une déclaration de « bonne » intention mais qui introduise le paramètre incompressible de la vie psychique au cœur de la survie en situation de catastrophe sanitaire… ce n’est pas docte, peut-être une préconisation éthique … qui a à voir avec une dimension »sacrée ». Pour ma part, je suis convaincue que la charge émotionnelle autour de la naissance peut être comparée à celle de la mort et du deuil (dont on voit à quel point la privation des rites d’accompagnement des défunts et de leur agonie la bât en brèche, du fait de l’éloignement physique prescrit). Et je note le peu de consensus du socius à ce sujet. La faiblesse des rituels collectifs en termes de sens donné à la vie et à la mort nous laisse sans autre recours que de croire aux dispositifs médicaux et autres qui s’y sont substitués. Les remous à l’Assemblée avant le covid 19 sur les congés pour deuil d’un enfant avaient pointé notre désarroi collectif. Même ces aspects de l’intime auraient-ils à être légiférés ? Doit-on s’endeuiller de concert et sur ordonnance, sur la base des indemnités journalières ?
Ma crainte est que les préconisations psy soient des barrières dérisoires contre le tsunami des cercueils alignés dans dans les patinoires de Madrid ou des agonisants seuls sur les lits de camp de fortune de Bergame.
Notre fonction sociétale est pourtant importante. Un levier pour la faire reconnaître est de l’articuler à l’histoire et de se tenir au niveau d’une fonction d’oracle étayée par la preuve à venir. Nous sommes dans une dimension inédite de supra-prévention ou l’on sait grâce au progrès des connaissances que les « bébés covid » vont être impactés par la catastrophe sanitaire et pourquoi les confinements sont antithétiques au déploiement du lien. Quand il faut un groupe, un village pour mettre au monde un bébé, la mise au monde selon René Kaës étant une présentation, après un sas de « décontamination » de 40 jours en milieu sécurisé, le plus souvent presque exclusivement féminin où nouvelle accouchée et bébé sont pris en charge, période de marge (Van Gennep), bien trop souvent négligée même sans Covid 19. Ce temps-là n’est pas équivalent au reste de la vie, n’en déplaise aux faiseurs de dispositifs qui, par souci d’efficacité universalisante, négligent la chrono-dépendance.
À poursuivre …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.