Luc Boltanski pour La condition foetale ?

Ce qui fait un être humain, ce n’est pas le fœtus, inscrit dans le corps, mais son adoption symbolique. Or, cette adoption suppose la possibilité d’une discrimination entre les embryons que rien ne distingue. Le caractère arbitraire de cette discrimination est au plan social, et parfois individuel, difficilement supportable. La contradiction est rendue vivable par une sorte de grammaire des catégories : au fœtus projet – adopté par les parents qui, grâce à la parole, accueillent l’être nouveau en lui donnant un nom – s’oppose le fœtus tumoral, embryon accidentel et qui ne sera pas l’objet d’un projet de vie.

Extrait de la présentation de La condition fœtale sur Gallimard.fr

L’inviter pour nous parler du statut liminaire et critique des fœtus, qu’il explore non seulement à travers les enquêtes menées en France sur l’avortement mais aussi via une synthèse, (trop) rapide mais intéressante des données anthropologiques extra-occidentales… ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.