Bébé sapiens, le retour – novembre 2020

Bébé sapiens, facteur de crises. Entre sujet des sciences objectives et objet des sciences subjectives.

Le bébé, qui demeure une terra incognita, mettrait-il en crise la société tout entière de l’institution familiale aux politiques publiques en passant par les sciences qui le dévoilent, le fabriquent ou le cachent ?
La rupture d’équilibre engendrée par la crise a des effets transformatifs dont on ne peut présumer s’ils seront positifs ou négatifs.
En périnatalité, on peut penser aux événements du cycle de vie qui s’appréhendent tant au niveau de l’individu que du groupe familial, voire au-delà. De même que la naissance et le développement accéléré du bébé dans sa relation avec ses parents font parler de « crises développementales », de même les chercheurs parleront de crises épistémiques.
Ces dernières bouleversent l’état des savoirs théoriques et, par capillarité, influent sur les pratiques professionnelles en période périnatale. Or les institutions qui organisent, soignent et prennent soin des bébés et de leur entourage, voire de leur environnement, sont elles aussi traversées par des crises, pas seulement sanitaires.
Toutes ces crises méritent d’être l’objet d’une attention soutenue des chercheurs non seulement les plus pointus sur le bébé (psychologie du développement, « neuro » sciences…) mais aussi de ceux, plus prudents à son égard, des sciences humaines et sociales. Elles invitent aussi à une réflexivité engagée en théorie et en pratique.

Car, dans une période où, pour orienter l’attention qu’il entend porter à la période dite des 1000 jours, le politique convoque des savoirs d’experts, en même temps qu’une pandémie fragilise encore davantage les équilibres bousculés par la venue au monde, il est urgent de prendre le temps de penser ce que le bébé donne à penser et à faire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.