Premier bébé – Septembre 2019

Bébé Sapiens (le retour !)
Objet des sciences subjectives ? Sujet des sciences objectives ?

Le bébé sapiens du colloque de Cerisy 2015 invitait des personnes issues de multiples horizons professionnels et disciplinaires à découvrir l’étendue, toujours plus grande, des connaissances le concernant et à se pencher, forts de ces savoirs, sur son devenir et, à travers lui, sur celui de l’espèce et de la société humaines.

Au-delà d’un état des lieux, partiel mais foisonnant, des connaissances sur le bébé, la belle surprise de cette rencontre a certainement été la possibilité ouverte par l’épigénétique d’instaurer (ou de restaurer), entre des cultures professionnelles et scientifiques plurielles, un dialogue fondé sur un postulat commun : autour (avant, pendant, après la naissance) de la fabrication d’un bébé, tout se joue, mais rien n’est définitivement joué. C’était affirmer du point de vue des sciences de la nature (objectives) le rôle crucial de l’environnement dans le développement du bébé et de la personne (du sujet) qu’il deviendra.

Il y a incontestablement un moment opportun, que les Grecs nomment kairos, à saisir à partir de ce postulat désormais largement partagé, comme du savoir de la spectaculaire rapidité du développement du bébé « rétroactivement » fondé sur la boucle interactive entre le donné et l’acquis, le biologique et le social, la compétence et la performance, le potentiel et sa réalisation…
Opportunité de savoir (encore plus), opportunité d’agir (de plus en plus efficacement) et donc d’améliorer, mais aussi de prévenir.

Ce second Cerisy propose cependant, tout en prolongeant le premier dont il actualise l’état des savoirs, de suspendre le mouvement d’accumulation des connaissances pour :

  • interroger la place faite au bébé en personne – objet ? sujet ? – dans la clinique, dans le soin, dans la recherche, dans la société
  • favoriser une prise critique sur les conditions, les méthodes, les enjeux de l’élaboration des savoirs dans la recherche comme dans la clinique
  • poser les conditions de possibilité et les limites des transferts de savoirs et de savoir-faire d’un champ disciplinaire et/ou professionnel à un autre, d’un contexte national à un autre, et identifier leurs dimensions socialement, politiquement, historiquement situées
  • identifier les hybridations, les réappropriations, les interprétations circulant entre ces différents domaines de pratiques (scientifiques et cliniques) tous intéressés au bébé
  • permettre l’ouverture d’un véritable dialogue entre perspectives théoriques et pratiques, « objectives » et « subjectives », fondamentales et appliquées

Dans cette perspective, ce second Cerisy autour du bébé poussera plus loin la traditionnelle équité entre temps de communication et temps de discussion en plaçant le dialogue au cœur même des communications : chercheurs curieux interrogeant sur leurs savoirs des professionnels en périnatalité, et inversement. Un blog préparatoire au colloque permettra aux intervenants et participants de faire connaissance, d’initier des échanges féconds et aux organisateurs d’inventer une forme adaptée à cet objet/sujet certes commun mais aussi complexe, polymorphe et plurivoque.

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.