Sciences des bébés

Enjeux, histoires, méthodes, épistémologies

Du 29 août au 2 septembre

Le programme et l’inscription

Enjeux

Le bébé (en projet, en devenir, dans les mois suivant sa naissance) est en passe de devenir un enjeu de santé publique au titre d’un souci pour une prévention de plus en plus précoce des inégalités de destin. La Commission des 1000 premiers jours (définies dans ce cadre comme couvrant la période de la fin du premier trimestre de grossesse aux deux ans de l’enfant), installée par le Président de la République le 19 septembre 2019, a rassemblé « 18 experts de spécialités différentes »[1] pour une mission en cinq points : arriver à un consensus scientifique sur les messages à destination des parents pour les aider à soutenir le développement global de leur enfant ; proposer un parcours d’accompagnement des parents ; proposer des modalités de détection et de traitement des troubles précoces du développement et de situations à risque quant à la formation du lien d’attachement de l’enfant avec ses parents ; repenser les congés naissance ; repenser les modes d’accueil.

Parmi ces experts, onze appartenaient au champ « psy » (psychothérapie, psychologie clinique, psychanalyse, psychologie du développement, pédopsychiatrie, neuropsychiatrie), cinq à celui de la médecine somatique (gynécologie-obstétrique, maïeutique, pédiatrie, néonatalogie) et deux ont des fonctions dans le soutien aux politiques publiques de l’enfance, en France et en Norvège.

Ces dix-huit personnes, au-delà de leur intérêt pour le bébé mais aussi de leur appartenance commune à une même discipline ou à un même champ de pratique, avaient et ont encore des intérêts et des agendas personnels, professionnels, intellectuels propres et parfois divergents. Il leur avait été demandé explicitement de fabriquer ensemble un consensus, de définir en commun la science du bébé à destination tant des parents que des professionnels de la périnatalité. Le rapport final ne laisse pas paraître les lignes de fractures qui ont pourtant divisé la Commission et il faut s’intéresser de près à la bio-bibliographie professionnelle de chacun des experts pour entrevoir, derrière le résultat, un rapport remis en septembre 2020 au Ministère de la Santé, leurs divergences parfois radicales de perspectives et deviner les rapports de pouvoir sous-jacents.

Aucun chercheur en SHS, ni historiens, ni sociologues, ni anthropologues, encore moins philosophes n’a été invité à contribuer à cette entreprise. Ceux-ci n’auraient-il rien à apporter à la connaissance de ces êtres humains singuliers que sont et qu’ont été les bébés de différents milieux sociaux et culturels ? Leur valence épistémologique n’aurait-elle pas été en outre essentielle en introduisant une réflexion sur la notion de consensus en sciences ? Leur dimension critique n’aurait-elle pas été propre à alerter sur les complexités et les limites des articulations entre le politique et le scientifique ? Et quid de la notion d’un savoir légitimé par le haut qui devrait redescendre et s’incarner dans les pratiques des professionnels et des parents ?

Du côté des psychologies (clinique, du développement, cognitive, psychopathologie…), de la médecine et des neurosciences, l’intérêt scientifique pour le bébé ne cesse d’augmenter et les connaissances à son sujet deviennent de plus en plus nombreuses et pointues, dessinant l’image d’un être non seulement sensoriellement équipé, mais compétent émotionnellement, socialement et cognitivement, dès la vie in utero. Les sciences sociales, elles, font montre de difficultés persistantes à contribuer, depuis leurs points de vue mais en intégrant les travaux des autres disciplines, à la connaissance des bébés. En dépit de l’existence de rares séminaires et colloques dédiés, l’absence de collaborations interdisciplinaires régulières et instituées ne permet ni un enrichissement mutuel par les approches et les méthodes, ni, transversalement, une réflexion sur les enjeux techniques, théoriques, idéologiques, politiques entourant la production de savoirs sur les bébés.

Cette école a pour objectif de créer les conditions de rencontres et d’interconnaissance propices à l’émergence d’un champ d’étude interdisciplinaire qui, loin de découper les bébés “en tranches”, les considère dans leur complexité et dans leur intégrité bio-psycho-sociale à partir d’une convergence d’approches, au-delà des traditionnels clivages disciplinaires.

Partenaires de cette école, outre le CNE (UMR 8562) : l’EPHE (EA4004), le LISST (UMR5193), le LECD (EA3456), l’Association Recherche (In)formation Périnatalité et le collaboratoire « Premiers cris » du CRI.


Objectifs scientifiques de l’école

L’hypothèse sous-jacente à cette proposition d’école thématique est qu’en raison de ses spécificités, le bébé avant la maîtrise de la parole articulée, est un sujet particulièrement difficile à connaître. Par ailleurs, et sans doute pour les mêmes raisons, il a aussi été dit à quel point il est propice aux projections de ceux et celles qui l’étudient et/ou en prennent soin. Enfin, parce que les bébés sont les adultes et les citoyens de demain, leur conception, les soins dont ils bénéficient, leur socialisation, leur éducation, leur enculturation constituent des enjeux sociaux, idéologiques et politiques.
Pour toutes ces raisons, les objectifs scientifiques de l’école se déclinent en 4 points :

  • La construction des conditions de possibilités d’échanges interdisciplinaires raisonnés in situ
  • Une réflexion sur les conditions pratiques et épistémologiques de recherches interdisciplinaires futures
  • La mise en place d’un dispositif (GDR, GIS…) permettant le développement d’une communauté scientifique

L’émergence d’une veille méthodologique, épistémologique et politique

Objectifs de formation

petite enfance, sur la périnatalité, sur le bébé. Ceux-ci participent de la formation des chercheur·es, des professionnel·les, des acteurs-trices des politiques publiques[1]. Par ailleurs, bien sûr, des cursus universitaires en psychologie du développement, en sciences cognitives, en neurosciences, en médecine, intègrent plus ou moins fortement le bébé (celui-ci n’est pas encore, on l’a dit,  une thématique instituée dans les sciences humaines et sociales).

En revanche, les savoirs circulent peu, voire très peu, entre les disciplines (en particulier entre SHS et SB), or la complexité du sujet-bébé rend nécessaire une mise à niveau des (futurs) chercheur·es et enseignant·es-chercheur·es concernant les méthodes, les approches et les connaissances produites en dehors de leurs disciplines de référence.

Le format résidentiel des écoles thématiques est particulièrement propice à la rencontre et à la création de liens, dans les temps d’enseignements et dans les temps interstitiels, entre des personnes et des idées qui sont peu amenées à se croiser et à interagir. Une première école de cinq jours ne sera pas de trop.

Pour tou·tes :

  • Une sensibilisation à la dimension située des savoirs sur les bébés
  • Une initiation aux méthodes de travail collaboratives

Plus spécifiquement, les objectifs de formations sont pour les chercheur·es en SHS :

  • une mise à niveau en matière de connaissances sur les compétences et le développement du bébé
  • une introduction aux méthodes d’investigations adaptées au sujet “bébé” issues des psychologies clinique, du développement et expérimentale et des neurosciences

Pour les chercheur·es en SB, et en psychologies, ainsi que pour les professionnels de la périnatalité :

  • une présentation de l’importance des dimensions culturelles et sociales de l’environnement dans lequel se déploie le développement des bébés
  • une présentation des  questionnements et méthodes d’enquête en SHS

Attendus

À partir du constat que les savoirs sur le bébé lui-même resteraient principalement l’apanage des sciences psychologiques et médicales alors que les sciences humaines et sociales favoriseraient une appréhension plus latérale, contextuelle, et plus large centrée sur l’environnement mais incluant les représentations des, et les soins aux bébés, nous cherchons à travers cette école thématique : (1) à désenclaver les approches, (2) à partager des méthodes, (3) à situer les savoirs pour (4) permettre l’émergence, nécessaire, de sciences interdisciplinaires des bébés conscientes des enjeux qui les animent (chacune et ensemble) et à même de restituer la complexité de ce sujet dont une des particularités est de ne pouvoir parler de/par/pour lui-même (dans le langage ordinaire articulé) et donc de nécessiter, pour être connu, une inventivité accrue en matière de méthodes d’investigation ou d’enquête.

Cette école, vouée à devenir récurrente, vise à  :

– Encourager les recherches existantes et surtout impulser de nouvelles recherches en sciences sociales sur les bébés, négligés y compris dans le champ dynamique des études sur l’enfance, grâce à un transfert de savoirs actuels issus des sciences psychologiques, cognitives et neurosciences tant concernant la sorte d’humain qu’est le bébé (en particulier social) que les méthodes permettant de « l’interroger » (observation, exploration, expérimentation).

– Inviter les sciences psychologiques, cognitives, les neurosciences à interroger davantage les dimensions sociales et culturelles des compétences et des processus qu’elles décrivent

– Favoriser l’émergence d’un courant épistémologique transversal qui éclaire les enjeux des sciences des bébés en mobilisant l’histoire, l’anthropologie et la philosophie des sciences.

Cette école s’inscrit dans la continuité des rencontres interprofessionnelles et interdisciplinaires de Cerisy de 2015 (« Bébé sapiens, un abord transdisciplinaire. Évolution, épigenèse, environnement, futurs… ») et de 2021 (« Bébé sapiens, nœud de crises »). À moyen terme, elle devrait permettre la structuration d’une communauté de recherche autour d’une thématique émergente sensible nécessitant une approche interdisciplinaire et épistémologique, sous la forme d’un GIS ou d’un GDR. Il sera envisagé, par ailleurs, pour soutenir la pérennisation du mouvement engagé avec l’école, et la formation d’un groupe de recherche, de créer un DU ou DIU de “sciences du bébé”.


Grands axes

  1. Quelles sortes d’humains sont les bébés ? De l’infra-humanité aux compétences ultra-précoces

– Histoire des représentations naïves et savantes, ici et ailleurs
– Des sensorialités aux compétences cognitives
– Humanisation, personnalisation, singularisation des fœtus
– Le bébé, être social 
– Un sujet d’étude singulier ?

2. Des sciences interdisciplinaires des bébés peuvent-elles exister ? Vers une épistémologie transverse

– Histoire et formes de l’intérêt pour les bébés
– Inscriptions disciplinaires de cet intérêt
– Enjeux politiques, idéologiques, éthiques, sociétaux…, au-delà des savoirs fondamentaux
– Limites des savoirs : le reste à connaître, de la nécessité de savoirs situés, rôle des technologies dans la construction des savoirs…

3. Comment « faire parler » les bébés ? Des méthodes, technologies et mesures

– Les observations
– Les dispositifs expérimentaux
– Les imageries
– Quels apports méthodologiques peuvent-ils venir des sciences sociales ?

Modalités pédagogiques

Philosophie pédagogique : au-delà de transferts, entre disciplines, de problématiques, de savoirs et de méthodes, cette école se veut un tremplin pour le développement d’une approche authentiquement interdisciplinaire et collaborative. Cela exige que les clivages actuels, ou partitions disciplinaires, ne soient pas réitérés dans la structuration même des enseignements; ceux-ci impliqueront donc toujours sur un même sujet des approches – théoriques, disciplinaires, méthodologiques – multiples et favoriseront une dimension dialogique. Cela exige également l’expérimentation et l’acquisition de méthodes de travail différentes pour aller vers un travail collaboratif efficace et approfondi ; des outils et des méthodes de travail, ainsi qu’un accompagnement pédagogique spécifique seront proposés aux participant·es, notamment lors des ateliers participatifs et d’incubation (J4 et J5).

Autour des axe 1 et 2 :  les matins, des cours magistraux en séances plénières présenteront une succession de perspectives disciplinaires et/ou théoriques sur un même sujet. Les après-midis seront consacrées à des reprises pluridisciplinaires dans lesquelles les intervenants interrogeront transversalement et épistémologiquement les connaissances apportées le matin.

Des ateliers participatifs autour des méthodologies (axe 3) permettront de les décrire, de les expérimenter quand c’est possible, mais aussi de les discuter, comparer, voire de les élaborer. Des ateliers d’incubation, préparés à la lumière des apports et discussions des J1 à 3, dégageront des collaborations interdisciplinaires possibles et réfléchiront, y compris pragmatiquement, à la manière de les mettre en œuvre. 

[1] En particulier le récent séminaire « Premiers pas : développement du jeune enfant et politiques publiques » organisé par France Stratégie.

[1] Les 1000 premiers jours. Là où tout commence. Rapport de la commission des 1000 premiers jours. Septembre 2020.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Natacha Collomb (1 août 2022). Sciences des bébés. Le bébé : objet des sciences subjectives ? Sujet des sciences objectives ? Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwrd


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search