Bébé sapiens, le retour – Avril 2020

Des crises en périnatalité et de la périnatalité en crise : perspectives depuis les bébés, les familles, les institutions, les savoirs (et le Covid ?)

Retenons des multiples définitions possibles de la notion de crise, celle qui insiste sur une rupture d’équilibre, au niveau tant des individus, que de la société et de ses institutions, ou encore de la science et des connaissances qu’elle produit, et dont on suppose qu’elle aura eu des effets transformatifs, sans présumer de la nature, positive ou non, de ceux-ci. À ce titre, et dans le domaine qui nous occupe, peuvent être mentionnées les crises développementales qui désigneraient, à l’échelle des individus, des moments critiques du cycle de vie ; les événements scandant, structurant et bouleversant, à l’échelle du groupe familial, ce même cycle ; et, non réductibles mais aisément articulables les unes aux autres, d’une part, les crises épistémiques qui bouleversent l’état des savoirs théoriques et, par capillarité, pratiques concernant la période périnatale et les personnes en période périnatale et, d’autre part, les crises des institutions qui ont pour tâche d’en prendre soin de la plus adaptée possible des manières. Pour être plus spécifique encore, on peut remarquer que de plus en plus de recherches, en particulier dans la suite du tournant de l’épigénétique, en neurosciences, s’appuyant sur l’accélération de la production et diffusion de techniques d’investigation, décrivent les transformations physiologiques co-occurrentes avec la grossesse et le post-partum, alors que les « psychistes », depuis longtemps, rendent compte des ajustements ou des bouleversements psychiques, observés dans leur clinique, liés à cette période de la vie. L’évolution des modalités d’administration de la preuve servant la légitimation des normes, des soins de puériculture jusque dans les politiques publiques, jette le trouble dans les articulations entre les champs intéressés à la périnatalité : épistémique, institutionnel, sanitaire, médico-social, sociétal. De leur côté, les historiens pour les sociétés du passé et les anthropologues pour celles de l’ailleurs racontent l’abondance de rites entourant conception, grossesse et naissance, des moments où l’advenue de la vie, conçue comme fragile, nécessite d’être facilitée et protégée. Ils montrent aussi, de concert avec les sociologues, à quel point le projet, les modes de fabrication et/ou l’arrivée d’un enfant configurent ou reconfigurent la famille dans son ensemble et les positions, rôles et statuts des individus qui la composent et transforment les dispositifs de parentalité. Dans le monde de la socialité numérique, émergent récemment les voix de femmes qui veulent porter à la connaissance du plus grand nombre le vécu d’intense chamboulement, douloureux, sous-évalué voire nié, qu’a représenté pour elles la période périconceptionnelle, la grossesse, l’accouchement et leurs suites. Les bébés, quant à eux, du moins les plus petits d’entre eux, n’ont pas de mots pour le dire, mais nombreux sont les discours scientifiques, profanes, professionnels qui tentent de percer à jour leur mystère par un décryptage de leurs sensations, de leurs émotions, de leurs cognitions, de leur état psychique… : quelles crises traversent les bébés ? Leur arrivée au monde a parfois été décrite comme un traumatisme qu’il leur faudrait dépasser, puis comme un « déménagement écologique », ou encore comme une période liminaire, infrahumaine, qu’ils doivent traverser soutenus par une attention toute particulière. Tranchant avec cette notion d’une discontinuité fondamentale entre la vie intra et extra-utérine, d’autres thèses défendent l’idée d’une continuité, qui du sentiment d’existence, qui des compétences cognitives et relationnelles données comme innées ou postulées comme émergentes dès l’anténatal. Les promoteurs de la précocité des compétences semblent l’emporter sur les tenants de l’approche plus discontinuiste laquelle insiste sur la singularité de l’être bébé et sur la progressivité de son humanisation. Quoiqu’il en soit, ces représentations scientifiques, de fait en compétition, informent diversement, à travers leurs formations ou de manière plus diffuse, les représentations et les pratiques (la culture) des professionnels qui s’occupent des bébés et de leurs parents et des multiples institutions qui les concernent directement et indirectement. Cette compétition pour la bonne et juste science n’est pas sans conséquence sur la vie institutionnelle et sur la vie des soignés-accueillis, petits et grands. Touchant plus immédiatement les parents, les ouvrages et les revues de vulgarisation scientifique ou d’accompagnement à la parentalité contribuent à définir, à diffuser et à rendre désirable, en le plébiscitant, un modèle dominant de bébé, de l’enfant puis de l’adulte qu’il deviendra conforme aux attentes d’une société libérale. Finalement, pourquoi les bébés semblent-ils faire crise dans nombre de mondes : sociaux, scientifiques, institutionnels ? Faut-il en imputer la cause à la difficulté persistante à renoncer à l’apparente transparence de l’intériorité et de la subjectivité d’autrui qu’offre le langage verbal ? Le bébé, qu’on ne peut faire parler qu’en interprétant des signes non verbaux (comportements, imagerie…), reflète-t-il finalement, dans une version radicale, les limites de la connaissance de ces sujets que nous, sapiens, sommes et que nous nous efforçons de constituer en objets pour la science ?

Et le Covid dans tout ça ? La crise pandémique actuelle (2020), et ses effets potentiellement traumatiques, n’a pas pour unique conséquence une terrible surmorbidité et surmortalité, en particulier de toutes les populations fragiles, mais aussi une révolution (peut-être provisoire) de la socialité qui, non discriminante, atteint le bébé, peu ou pas accessible à la socialité virtuelle. Ses relations à son environnement familial et social, incluant les institutions soignantes et prévenantes, voient leur nature se transformer et leur spectre se restreindre, tant du point de vue de la quantité que de la variété, et peut-être, en conséquence, de la qualité. Quelles crises en résultent-elles pour le bébé et ses proches dans l’ici et maintenant du confinement ? Quelles conséquences développementales des bébés nés en période de confinement constatera-t-on peut-être dans le recul de l’après ? Quels effets sur les reformulations des liens intra et extra-familiaux ? Quelles pathogénicités cette crise se révélera-t-elle avoir, et quelles nouvelles formes de résiliences fera-t-elle émerger ? Quelles transformations auront subis chemin faisant le sujet-bébé et le bébé des représentations ?

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions


Une réflexion sur « Bébé sapiens, le retour – Avril 2020 »

  1. Plongés dans cette crise inédite, à multiples facettes (interhumaines, sociales, économiques, politiques, psychiques, physiques (!), structurelles, systémiques), nous n’avons pas la distance suffisante pour analyser ce qu’il se passe à une échelle mondiale, familiale, intime. A propos d’échelle, celle des valeurs est bouleversée, nous sommes aujourd’hui confinés dans le bios, obligés de convenir que les besoins fondamentaux de l’humain sont le nourrir et la perpétuation du lien avec l’autre, quelle qu’en soit la modalité : puisque nous ne pouvons plus l’incarner nous l’inventons, le virtualisons, le rêvons. La situation de repli dans laquelle nous nous trouvons remet d’une certaine façon les choses à l’endroit et nous conduit à nous poser des questions essentielles : retour aux sources, à la naissance du monde, pourquoi nous en sommes arrivés à la cessation de toutes les activités socioéconomiques « inutiles » – qu’est-ce qui est utile/inutile, quels sont nos besoins réels, comment réfléchir aux instruments qui nous soumettent à eux, aux pouvoirs qui détruisent, aux mesures mortifères qu’ils prennent et nous conduisent là…
    Nous apprenons que la santé, le soin, la préoccupation de l’autre sont au cœur de la vie, si nous voulons vivre. Dans ce cadre, nous pouvons accueillir des réflexions sur ce que sont l’amour, le désir d’enfant, les relations hommes-femmes, hommes-hommes, femmes-femmes, la procréation, qu’est-ce que porter un enfant, le mettre au monde, quel monde, ce qu’on voudrait qu’il soit pour lui, les promesses que ce monde peut lui offrir au-delà de la sphère familiale, les structures sociales et économiques dans lesquelles il sera élevé, le nécessaire et le superflu. On peut aussi s’interroger sur les nouvelles figures de la parentalité, les bouleversements liés aux catégories masculin/féminin, le fait que les femmes font des enfants de plus en plus tard dans leurs vies, leurs interrogations sur la mise au monde d’un enfant dans un tel monde…
    Au cours de promenades déconfinées je vois des enfants qui semblent heureux de se poursuivre bicyclette dans un lieu privilégié, avec petites maisons, petites rues, arbres et jardinets, non contraints par l’école, bénéficiant d’un espace protégé. Des bébés dans les bras de parents au chômage technique, toute attention, tout babillage, tout sourire… Qu’en est-il des bébés confinés dans une pièce, avec un environnement bétonné, des parents confinés dans la précarité et partageant un espace exigu avec leurs enfants qui étouffent ?
    Et tant d’autres questions.
    Merci pour ce beau lieu de réflexions, suffisamment vaste pour que la pensée puisse y respirer et prendre ses aises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.