Sciences des bébés

Enjeux, histoires, méthodes, épistémologies

Du 29 août au 2 septembre

Le programme et l’inscription

Enjeux

Le bébé (en projet, en devenir, dans les mois suivant sa naissance) est en passe de devenir un enjeu de santé publique au titre d’un souci pour une prévention de plus en plus précoce des inégalités de destin. La Commission des 1000 premiers jours (définies dans ce cadre comme couvrant la période de la fin du premier trimestre de grossesse aux deux ans de l’enfant), installée par le Président de la République le 19 septembre 2019, a rassemblé « 18 experts de spécialités différentes »[1] pour une mission en cinq points : arriver à un consensus scientifique sur les messages à destination des parents pour les aider à soutenir le développement global de leur enfant ; proposer un parcours d’accompagnement des parents ; proposer des modalités de détection et de traitement des troubles précoces du développement et de situations à risque quant à la formation du lien d’attachement de l’enfant avec ses parents ; repenser les congés naissance ; repenser les modes d’accueil.

Parmi ces experts, onze appartenaient au champ « psy » (psychothérapie, psychologie clinique, psychanalyse, psychologie du développement, pédopsychiatrie, neuropsychiatrie), cinq à celui de la médecine somatique (gynécologie-obstétrique, maïeutique, pédiatrie, néonatalogie) et deux ont des fonctions dans le soutien aux politiques publiques de l’enfance, en France et en Norvège.

Ces dix-huit personnes, au-delà de leur intérêt pour le bébé mais aussi de leur appartenance commune à une même discipline ou à un même champ de pratique, avaient et ont encore des intérêts et des agendas personnels, professionnels, intellectuels propres et parfois divergents. Il leur avait été demandé explicitement de fabriquer ensemble un consensus, de définir en commun la science du bébé à destination tant des parents que des professionnels de la périnatalité. Le rapport final ne laisse pas paraître les lignes de fractures qui ont pourtant divisé la Commission et il faut s’intéresser de près à la bio-bibliographie professionnelle de chacun des experts pour entrevoir, derrière le résultat, un rapport remis en septembre 2020 au Ministère de la Santé, leurs divergences parfois radicales de perspectives et deviner les rapports de pouvoir sous-jacents.

Aucun chercheur en SHS, ni historiens, ni sociologues, ni anthropologues, encore moins philosophes n’a été invité à contribuer à cette entreprise. Ceux-ci n’auraient-il rien à apporter à la connaissance de ces êtres humains singuliers que sont et qu’ont été les bébés de différents milieux sociaux et culturels ? Leur valence épistémologique n’aurait-elle pas été en outre essentielle en introduisant une réflexion sur la notion de consensus en sciences ? Leur dimension critique n’aurait-elle pas été propre à alerter sur les complexités et les limites des articulations entre le politique et le scientifique ? Et quid de la notion d’un savoir légitimé par le haut qui devrait redescendre et s’incarner dans les pratiques des professionnels et des parents ?

Du côté des psychologies (clinique, du développement, cognitive, psychopathologie…), de la médecine et des neurosciences, l’intérêt scientifique pour le bébé ne cesse d’augmenter et les connaissances à son sujet deviennent de plus en plus nombreuses et pointues, dessinant l’image d’un être non seulement sensoriellement équipé, mais compétent émotionnellement, socialement et cognitivement, dès la vie in utero. Les sciences sociales, elles, font montre de difficultés persistantes à contribuer, depuis leurs points de vue mais en intégrant les travaux des autres disciplines, à la connaissance des bébés. En dépit de l’existence de rares séminaires et colloques dédiés, l’absence de collaborations interdisciplinaires régulières et instituées ne permet ni un enrichissement mutuel par les approches et les méthodes, ni, transversalement, une réflexion sur les enjeux techniques, théoriques, idéologiques, politiques entourant la production de savoirs sur les bébés.

Cette école a pour objectif de créer les conditions de rencontres et d’interconnaissance propices à l’émergence d’un champ d’étude interdisciplinaire qui, loin de découper les bébés “en tranches”, les considère dans leur complexité et dans leur intégrité bio-psycho-sociale à partir d’une convergence d’approches, au-delà des traditionnels clivages disciplinaires.

Partenaires de cette école, outre le CNE (UMR 8562) : l’EPHE (EA4004), le LISST (UMR5193), le LECD (EA3456), l’Association Recherche (In)formation Périnatalité et le collaboratoire « Premiers cris » du CRI.


Objectifs scientifiques de l’école

L’hypothèse sous-jacente à cette proposition d’école thématique est qu’en raison de ses spécificités, le bébé avant la maîtrise de la parole articulée, est un sujet particulièrement difficile à connaître. Par ailleurs, et sans doute pour les mêmes raisons, il a aussi été dit à quel point il est propice aux projections de ceux et celles qui l’étudient et/ou en prennent soin. Enfin, parce que les bébés sont les adultes et les citoyens de demain, leur conception, les soins dont ils bénéficient, leur socialisation, leur éducation, leur enculturation constituent des enjeux sociaux, idéologiques et politiques.
Pour toutes ces raisons, les objectifs scientifiques de l’école se déclinent en 4 points :

  • La construction des conditions de possibilités d’échanges interdisciplinaires raisonnés in situ
  • Une réflexion sur les conditions pratiques et épistémologiques de recherches interdisciplinaires futures
  • La mise en place d’un dispositif (GDR, GIS…) permettant le développement d’une communauté scientifique

L’émergence d’une veille méthodologique, épistémologique et politique

Objectifs de formation

petite enfance, sur la périnatalité, sur le bébé. Ceux-ci participent de la formation des chercheur·es, des professionnel·les, des acteurs-trices des politiques publiques[1]. Par ailleurs, bien sûr, des cursus universitaires en psychologie du développement, en sciences cognitives, en neurosciences, en médecine, intègrent plus ou moins fortement le bébé (celui-ci n’est pas encore, on l’a dit,  une thématique instituée dans les sciences humaines et sociales).

En revanche, les savoirs circulent peu, voire très peu, entre les disciplines (en particulier entre SHS et SB), or la complexité du sujet-bébé rend nécessaire une mise à niveau des (futurs) chercheur·es et enseignant·es-chercheur·es concernant les méthodes, les approches et les connaissances produites en dehors de leurs disciplines de référence.

Le format résidentiel des écoles thématiques est particulièrement propice à la rencontre et à la création de liens, dans les temps d’enseignements et dans les temps interstitiels, entre des personnes et des idées qui sont peu amenées à se croiser et à interagir. Une première école de cinq jours ne sera pas de trop.

Pour tou·tes :

  • Une sensibilisation à la dimension située des savoirs sur les bébés
  • Une initiation aux méthodes de travail collaboratives

Plus spécifiquement, les objectifs de formations sont pour les chercheur·es en SHS :

  • une mise à niveau en matière de connaissances sur les compétences et le développement du bébé
  • une introduction aux méthodes d’investigations adaptées au sujet “bébé” issues des psychologies clinique, du développement et expérimentale et des neurosciences

Pour les chercheur·es en SB, et en psychologies, ainsi que pour les professionnels de la périnatalité :

  • une présentation de l’importance des dimensions culturelles et sociales de l’environnement dans lequel se déploie le développement des bébés
  • une présentation des  questionnements et méthodes d’enquête en SHS

Attendus

À partir du constat que les savoirs sur le bébé lui-même resteraient principalement l’apanage des sciences psychologiques et médicales alors que les sciences humaines et sociales favoriseraient une appréhension plus latérale, contextuelle, et plus large centrée sur l’environnement mais incluant les représentations des, et les soins aux bébés, nous cherchons à travers cette école thématique : (1) à désenclaver les approches, (2) à partager des méthodes, (3) à situer les savoirs pour (4) permettre l’émergence, nécessaire, de sciences interdisciplinaires des bébés conscientes des enjeux qui les animent (chacune et ensemble) et à même de restituer la complexité de ce sujet dont une des particularités est de ne pouvoir parler de/par/pour lui-même (dans le langage ordinaire articulé) et donc de nécessiter, pour être connu, une inventivité accrue en matière de méthodes d’investigation ou d’enquête.

Cette école, vouée à devenir récurrente, vise à  :

– Encourager les recherches existantes et surtout impulser de nouvelles recherches en sciences sociales sur les bébés, négligés y compris dans le champ dynamique des études sur l’enfance, grâce à un transfert de savoirs actuels issus des sciences psychologiques, cognitives et neurosciences tant concernant la sorte d’humain qu’est le bébé (en particulier social) que les méthodes permettant de « l’interroger » (observation, exploration, expérimentation).

– Inviter les sciences psychologiques, cognitives, les neurosciences à interroger davantage les dimensions sociales et culturelles des compétences et des processus qu’elles décrivent

– Favoriser l’émergence d’un courant épistémologique transversal qui éclaire les enjeux des sciences des bébés en mobilisant l’histoire, l’anthropologie et la philosophie des sciences.

Cette école s’inscrit dans la continuité des rencontres interprofessionnelles et interdisciplinaires de Cerisy de 2015 (« Bébé sapiens, un abord transdisciplinaire. Évolution, épigenèse, environnement, futurs… ») et de 2021 (« Bébé sapiens, nœud de crises »). À moyen terme, elle devrait permettre la structuration d’une communauté de recherche autour d’une thématique émergente sensible nécessitant une approche interdisciplinaire et épistémologique, sous la forme d’un GIS ou d’un GDR. Il sera envisagé, par ailleurs, pour soutenir la pérennisation du mouvement engagé avec l’école, et la formation d’un groupe de recherche, de créer un DU ou DIU de “sciences du bébé”.


Grands axes

  1. Quelles sortes d’humains sont les bébés ? De l’infra-humanité aux compétences ultra-précoces

– Histoire des représentations naïves et savantes, ici et ailleurs
– Des sensorialités aux compétences cognitives
– Humanisation, personnalisation, singularisation des fœtus
– Le bébé, être social 
– Un sujet d’étude singulier ?

2. Des sciences interdisciplinaires des bébés peuvent-elles exister ? Vers une épistémologie transverse

– Histoire et formes de l’intérêt pour les bébés
– Inscriptions disciplinaires de cet intérêt
– Enjeux politiques, idéologiques, éthiques, sociétaux…, au-delà des savoirs fondamentaux
– Limites des savoirs : le reste à connaître, de la nécessité de savoirs situés, rôle des technologies dans la construction des savoirs…

3. Comment « faire parler » les bébés ? Des méthodes, technologies et mesures

– Les observations
– Les dispositifs expérimentaux
– Les imageries
– Quels apports méthodologiques peuvent-ils venir des sciences sociales ?

Modalités pédagogiques

Philosophie pédagogique : au-delà de transferts, entre disciplines, de problématiques, de savoirs et de méthodes, cette école se veut un tremplin pour le développement d’une approche authentiquement interdisciplinaire et collaborative. Cela exige que les clivages actuels, ou partitions disciplinaires, ne soient pas réitérés dans la structuration même des enseignements; ceux-ci impliqueront donc toujours sur un même sujet des approches – théoriques, disciplinaires, méthodologiques – multiples et favoriseront une dimension dialogique. Cela exige également l’expérimentation et l’acquisition de méthodes de travail différentes pour aller vers un travail collaboratif efficace et approfondi ; des outils et des méthodes de travail, ainsi qu’un accompagnement pédagogique spécifique seront proposés aux participant·es, notamment lors des ateliers participatifs et d’incubation (J4 et J5).

Autour des axe 1 et 2 :  les matins, des cours magistraux en séances plénières présenteront une succession de perspectives disciplinaires et/ou théoriques sur un même sujet. Les après-midis seront consacrées à des reprises pluridisciplinaires dans lesquelles les intervenants interrogeront transversalement et épistémologiquement les connaissances apportées le matin.

Des ateliers participatifs autour des méthodologies (axe 3) permettront de les décrire, de les expérimenter quand c’est possible, mais aussi de les discuter, comparer, voire de les élaborer. Des ateliers d’incubation, préparés à la lumière des apports et discussions des J1 à 3, dégageront des collaborations interdisciplinaires possibles et réfléchiront, y compris pragmatiquement, à la manière de les mettre en œuvre. 

[1] En particulier le récent séminaire « Premiers pas : développement du jeune enfant et politiques publiques » organisé par France Stratégie.

[1] Les 1000 premiers jours. Là où tout commence. Rapport de la commission des 1000 premiers jours. Septembre 2020.

Environner bébé. Quel “village” pour un développement suffisamment bon ?

Le colloque de l’ARIP des 17, 18 et 19 novembre 2022 perfectionne son programme qui est déjà en ligne.

Son argumentaire, optimiste en cette période complexe :

Rêvons ensemble d’une société accueillante aux bébés qui viennent au monde, embrassons la complexité de cette ambition, pensons ce qui peut et doit environner un bébé pour un développement suffisamment heureux même en période de pandémie et de guerre en Europe. Vive les “1000 premiers jours” !

Alors que le changement climatique bouleverse définitivement notre écosystème, au moment où les perturbateurs endocriniens et d’autres toxiques transforment le corps de la mère et donc le premier environnement du bébé, quand l’accélération tant technique que sociale modifie les façons de faire lien, ce colloque offrira un espace et un temps de résonance entre des professionnels de métiers, de disciplines, voire d’opinions différents. S’il faut tout un village pour entourer un bébé, nous, praticiens de la périnatalité, professionnels hommes et femmes exerçant les métiers de la psychologie et de la psychiatrie, du soin infirmier, de la puériculture, de l’intervention sociale et familiale, de la pédiatrie, de l’obstétrique et de la gynécologie, de la psychomotricité et de l’orthophonie…, interrogerons chimistes, biologistes, psychologues, sociologues, anthropologues, historiens, architectes, urbanistes, économistes, climatologues, éthologues, médecins… pour penser ensemble joyeusement. 

Nous partagerons avec eux l’avancée de nos pratiques, l’évolution de nos questions, notre volonté d’être autrement auprès des bébés et de leurs parents, ici et ailleurs, aujourd’hui et demain. 

Ateliers, tables rondes et séances plénières nous permettront d’échanger en présence comme à distance avec des intervenants de différentes régions du monde.

Programme des Rencontres

Pour s’inscrire au distantiel : arip@wanadoo.fr

NOTE EXPLICATIVE DU DÉROULEMENT :

LOGIQUES
Pour tous les intervenants, 20 minutes de parole sur un thème commun à partir des logiques professionnelles et/ou disciplinaire et pour chacune et chacun, 20 minutes de discussion par les tables rondiers, un grain de sel, des résidents et quelques poignées de télé-participants actifs. Les autres télé-participants bénéficient d’une transmission HD en direct.

DIALOGIQUES
Nous rebattons les cartes. Plus de durée imposée, des échanges, des débats et l’espoir qu’émergent des envies, voire des projets, de collaborations interdisciplinaires interprofessionnelles futures. Tout est filmé et rien n’est diffusé… avant un possible après-coup, l’intimité et la confidentialité des rencontres sont préservées.

Les Logiques et les Dialogiques feront l’objet de regards alternatifs : une ethnographie filmée par Laura TAUBMAN (anthropologue filmique), un documentaire sonore par Mylène HERNANDEZ (anthropologue) et elles seront croquées sur le vif par Max JEUNE (BDiste).
Les Dialogiques seront filmées par Alain CASANOVA (réalisateur) et ne seront pas diffusées en direct et en l’état.


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mardi 21 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Mercredi 22 septembre
Matin
LOGIQUES
Nourrissons savants et savants naissants ?, table ronde avec :
Heidi KELLER (Pr en psychologie, Onasbrueck) : “The 21first century Western middle — class baby : science or illusion ?” [visioconférence, sous réserve]
Philippe ROCHAT (Pr de psychologie du développement, Université Emory d’Atlanta) : Sortir de ses propres ornières : pour une fertilisation croisées des perspectives empiriques sur le nourrisson
Jacques DAYAN (Pr associé de pédopsychiatrie, Rennes) : Méta-épistémologie et périnatalité : d’où l’on regarde le bébé et ce qu’on ne peut y voir
Claude MARTIN (Sociologue, DR CNRS, chaire “Lien social et santé” à l’EHSP) : Des usages politiques de la question de l’enfance à sa politisation. Réflexions sur les politiques publiques en direction de l’enfance
Présidence de séance : Michel DUGNAT (Pédopsychiatre en psypérinatalité, AP-HM et CHM)

Après-midi
LOGIQUES
Décisions critiques ou fins de partie, table ronde avec :
Anne BRISSON Anne BRISSON (Psychologue clinicienne, psychanalyste), Isabelle CAILLAUD (Psychologue clinicienne, psychanalyste), Christel DENOLLE (Psychologue clinicienne, psychanalyste), Jean-Marie de LÉPINAY (Orthophoniste), Pascaline MARPEAU (Infirmière puéricultrice) & Sabine LITWAK (Psychologue clinicienne, psychanalyste) : La stratégie du coucou : le transfert malmené, la transmission expulsée
Lynda LOTTE HOAREAU (Dr en psychologie et psychanalyse, ingénieure CNRS, Cermès3) : Situations d’enfance en danger et équipes de soin psychique en périnatalité
Sylvie SÉGURET (Psychologue clinicienne, CHU Necker) & Fabrice LESAGE (Pédiatre réanimateur, CHU Necker) : Parents et équipes de réanimation en crise : d
écisions critiques et critique des décisions
Présidence de séance : Mickaële LANTIN-MALLET (Socio-anthropologue, intervenante en analyse des conditions de travail et des risques professionnels)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une psychopathologue, une anthropologue et une sage-femme, docteur en sociologie… et d’autres se rencontrent autour de la fragilité et de l’étrangeté du bébé en projet, à naître et juste arrivé.
Avec Graziela FAVA-VIZZIELLOAnne-Sophie GIRAUDMaï LE DÛ… et d’autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
Bébés d’ailleurs, images de la vidéothèque “Santé, maladie, malheur” (Centre de production multimédia, MNHM), discussion par Natacha DUGNAT-COLLOMB et Maï LE DÛ


Jeudi 23 septembre
Matin
LOGIQUES
Angles morts sur les destins, table ronde avec :
Mylène HERNANDEZ (Anthropologue, post-doctorante au Centre Norbert Elias) : Se ressaisir de l’inconnu·e. Histoires d’adoptions et crises d’intelligibilité
Graziela FAVA-VIZZIELLO (Pr de psychopathologie, Padoue) : Agonies des identités, même avant la naissance
Brigitte BORSONI (Psychologue, psychanalyste) : Des bébés prématurés, nés sous masques, dans des villages aux portes closes
Présidence de séance : Drina CANDILIS (Psychanalyste, psychologue clinicienne, HDR, Université de Paris-Diderot)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une anthropologue, deux psychologues du développement, un réanimateur en médecine néonatale… et d’autres tricotent autour des papas des bébés, mais aussi des pères et des géniteurs.
Avec Mélanie GOURARIEROlivia TROUPELPascale GUSTINFabrice LESAGE… et d’autres

Après-midi
LOGIQUES
Écologies des soins, table ronde avec :
Eve LUMBROSO (Pédopsychiatre en périnatalité, CH Saint-Cyr au Mont d’or) : Parler du bébé mais de quel bébé au fait ? Que faudrait-il en savoir pour le rencontrer ?
Maï LE DÛ (Sage-femme, docteure en sociologie rattachée au CRESPPA-CSU) : Toucher pour soigner. L’évolution dans le toucher des corps des nourrissons, France, 1950 à aujourd’hui
Sarah SANANÈS (Pédopsychiatre en périnatalité, CH Brumath) : Soins bioinspirés des bébés
Présidence de séance : Natacha DUGNAT-COLLOMB (Anthropologue, CR CNRS, Centre Norbert Elias)

DIALOGIQUES — En parallèle
Deux psychologues cliniciennes et psychanalystes, un orthophoniste, un psychologue du développement… et d’autres se demandent ce que les bébés font aux scientifiques et aux institutions.
Avec Anne BRISSONChristel DENOLLEJean-Marie de LÉPINAYPhilippe ROCHAT… et d’autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
Les “autres écritures” de Bébé Sapiens : dialogues entre Alain CASANOVAMylène HERNANDEZMax JEUNE et Laura TAUBMAN


Vendredi 24 septembre
Matin
LOGIQUES
La pandémie, mais pas que…, table ronde avec :
Pascale GUSTIN (Psychologue clinicienne, Bruxelles) : Accueillir la vie en temps de pandémie
Olivia TROUPEL (MCF en psychologie du développement, Université de Toulouse 2) : Naître pendant la COVID
Joëlle ROCHETTE (Dr en psychologie et psychopathologie, associée au Centre de Recherche en Psychologie et Psychopathologie, Lyon) : Les acquis des cinquante glorieuses du bébé à l’épreuve de la pandémie
Présidence de séance : Mickaële LANTIN-MALLET (Socio-anthropologue, intervenante en analyse des conditions de travail et des risques professionnels)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une psychologue clinicienne et docteure en sciences politiques, une psychologue du développement, une psychiatre en périnatalité… et d’autres se penchent sur les affres des mères des bébés.
Avec Mounira CHARIETMaya GRATIERSarah SANANÈS… et d’autres

Après-midi
DÉTENTE

Soirée
PSYNÉ CLUB
“Percevoir le bébé autrement grâce à Colwyn Trevarthen”, par Oguz OMAY (psychiatre en périnatalité, Lausanne), discussion par Maya GRATIER


Samedi 25 septembre
Matin
LOGIQUES
De l’homonculus au cyborg, table ronde avec :
Maaike VAN DER LUGT (Pr en histoire médiévale, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : La mort en couches et la “césarienne” à la fin du Moyen Âge
Julie BRUMBERG-CHAUMONT (DR CNRS, Laboratoire d’Études sur les Monothéismes) : “Comme le visage ne se reflète pas dans une eau mouvante” : la nescience du bébé dans la pensée médiévale
Stéphane VAN DAMME (Pr d’histoire moderne, ENS) : Bébés parfaits entre théories cyborg et sciences de la reproduction
Présidence de séance : Natacha DUGNAT-COLLOMB (Anthropologue, CR CNRS, Centre Norbert Elias)

DIALOGIQUES — En parallèle
Deux pédopsychiatres, une psychanalyste… et d’autres s’interrogent sur l’éthique, une intersection possible ?
Avec Sarah BYDLOWSKIJacques DAYANSylviane GIAMPINO… et d’autres

Après-midi
LOGIQUES
Mille & un jours… vous avez dit mille & un jours ?, table ronde avec :
Sylviane GIAMPINO (Psychologue clinicienne, psychanalyste, vice-présidente du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge-HCFEA) : Les attentions politiques autour du bébé, nœuds, discordances et avancements
Umberto SIMEONI (Pr ordinaire de l’UNIL, chef du service de pédiatrie du CHUV, Suisse) : Le développement de l’enfant, entre génome et environnement
Francesco PANESE (Pr ordinaire en études sociales de la médecine et des sciences, UNIL, Suisse) : Enjeux, difficultés et possibilités de l’institutionnalisation de l’hypothèse DOHaD dans les dispositifs sanitaires : perspective de sciences sociales de la santé [visioconférence]
Présidence de séance : Michel DUGNAT (Pédopsychiatre en psypérinatalité, AP-HM et CHM)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une psychanalyste, deux psychologues du développement, une médiéviste… et d’autres se demandent ce qu’il faut à un bébé pour bien grandir.
Avec Ayala BORGHINIJulie BRUMBERG-CHAUMONTDelphine VENNAT… et d’autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
“Vous avez dit Brazelton ?” de Alain CASANOVA et Drina CANDILIS, discussion par Ayala BORGHINI


Dimanche 26 septembre
Matin
LOGIQUES
“Bébéïtés”, table ronde avec :
Ayala BORGHINI (Dr en psychologie, psychologue clinicienne, Pr à la Haute École de Travail Social, Genève) : L’irritabilité sensorielle : symptômes d’une crise existentielle ?
François JOUEN (DR d’étude, chaire de psychobiologie du développement, doyen de la section “Sciences de la vie et de la terre”, EPHE) : De l’organisme au sujet la crise de la naissance
Maya GRATIER (Pr de psychologie du développement, Université Paris Nanterre) : Intersubjectivité et atmosphère : comprendre le bébé pour mieux connaitre le monde
Présidence de séance : Drina CANDILIS (Psychanalyste, psychologue clinicienne, HDR, Université de Paris-Diderot)

DIALOGIQUES — En parallèle
Un historien, une psychologue clinicienne, une anthropologue… et d’autres secouent les savoirs et regardent ce qui sort.
Avec Stéphane VAN DAMMESylvie SÉGURETNoémie MERLEAU-PONTY… et d’autres

Après-midi
LOGIQUES
(Af)filiations assistées, table ronde avec :
Anne-Sophie GIRAUD (Anthropologue, CR CNRS, LISST) : Transmission, connaissance, et statut génétique : avoir un enfant grâce au diagnostic préimplantatoire (DPI) en France
Noémie MERLEAU-PONTY (Anthropologue, CR CNRS, IRIS) : Une sociologie de la gamétogenèse in vitro
Sarah BYDLOWSKI (Psychiatre d’enfant, psychanalyste, HDR) : Potentialité traumatique des nouvelles pratiques et technologies autour de la naissance
Présidence de séance : Natacha DUGNAT-COLLOMB (Anthropologue, CR CNRS, Centre Norbert Elias)

DIALOGIQUES — En parallèle
Un psychobiologiste du développement, une docteure en psychopathologie et psychanalyse, une pédopsychiatre en périnatalité, une psychanalyste étudiante en anthropologie… et d’autres devisent sur l’intérêt supérieur du bébé.
Avec François JOUENLynda LOTTE HOAREAUEve LUMBROSO… et d’autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
Images d’archives choisies et présentées par Joëlle ROCHETTE


Lundi 27 septembre
Matin
LOGIQUES
Retours sur des trajectoires de chercheurs
Claude MARTIN [visioconférence], avec Sarah SANANÈS
François JOUEN, avec Anne-Sophie GIRAUD

Homo sapiens deus (conclusions)

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Anne BRISSON, Isabelle CAILLAUD, Christel DENOLLE, Jean-Marie de LÉPINAY, Pascaline MARPEAU & Sabine LITWAK : La stratégie du coucou : le transfert malmené, la transmission expulsée
En 2019, un service dédié à la périnatalité a traversé une grave crise institutionnelle qui s’est soldée par l’expulsion brutale de toute une équipe de professionnels investie dans la clinique du bébé depuis de nombreuses années, entrainant la rupture brutale des soins engagés avec de très nombreux enfants et familles. Afin d’expliquer la souffrance au travail ressentie par les soignants, déterminante dans le développement et l’issue de cette crise, nous tenterons de repérer de quelle façon les enjeux politiques, économiques et d’organisation sont entrés en contradiction avec les valeurs des professionnels. Nous ferons l’hypothèse que ce sont aussi des représentations du développement du bébé et de la parentalité qui ont été mises en tension dans le déni de la conflictualité, d’autant plus que les ressorts en ont été constamment dissimulés. Ainsi cette institution, qui a longtemps incarné une clinique prévenante des interactions précoces qu’elle avait contribué à inventer, a-t-elle été le théâtre du drame d’une transmission impossible et d’une rupture de son histoire.

Jean-Marie de Lépinay, orthophoniste en C.M.P.P. dans l’Essonne et jusqu’en 2019 au sein de l’équipe de la Guidance Infantile de l’Institut de Puériculture de Paris.
Publication
“Entre mère et bébé : voix, rythmes et mélodies”, en collaboration avec Pascaline Marpeau (puéricultrice), Enfance & Psy, n°78, Éd. Erès, 2018.

Sarah BYDLOWSKI : Potentialité traumatique des nouvelles pratiques et technologies autour de la naissance
La fertilité humaine résulte d’une étroite intrication entre fonctions biologiques et psychiques de l’individu. Le désir d’enfant trouve son ancrage dans l’inconscient de chacun. Certaines situations d’infertilité restent inexpliquées et des projets d’enfant résistent au projet affiché. Ainsi, l’infertilité en soi et ses soubassements psychopathologiques aux nombreux effets d’après-coup, est à risque pathogène pour la grossesse et l’accueil du bébé. D’autant que la rapidité des propositions techniques risque de court-circuiter les défenses psychiques, l’AMP d’apparaître comme une transgression coupable et l’enfant d’être alors porté et rencontré comme un malentendu, attracteur de fantasmes et de projections. L’ambivalence en jeu dans toute relation à son enfant, devient difficile à éprouver, réactivant la blessure narcissique de la stérilité. Seule l’idéalisation de l’enfant constitue un aménagement permettant d’atténuer l’inquiétante étrangeté. L’enfant idéal se doit d’être une source d’émerveillement continuel, la réalité à tout moment risque d’objecter ses déceptions. Le parent est entravé dans son accès à l’élaboration de ses difficultés dans le présent, surtout lorsqu’il ne peut se reconnaître dans cet enfant trop différent de lui qui ne représente plus le prolongement de son narcissisme, mais une menace pour ce dernier. Ces rationalisations masquent des blessures inhérentes à l’histoire familiale empêchant tout retour vers le passé. Ces ressentis risquent d’anéantir les capacités d’émerveillement et de rêverie, et d’entraver l’anticipation parentale. Les représentations des parents associées à l’enfant vont faire écho à leur propre histoire infantile, l’organisation de leurs conflits intrapsychiques, leurs exigences surmoïques. Les liens parents-enfant portent les marques de la fracture traumatique quand elle fait écho à d’autres ruptures enfouies dans les limbes de l’histoire familiale et risquent d’en entraver profondément la construction. Nous illustrerons notre réflexion par une histoire clinique périnatale.

Sarah Bydlowski est psychiatre d’enfant, psychanalyste (Institut de la Société Psychanalytique de Paris), Directeur Général de l’Association de Santé Mentale du 13ème arrondissement de Paris. Directeur du Département de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l’ASM13, responsable de l’équipe de la consultation parents-bébés. Enseignant, chercheur, HDR à l’université de Paris, Laboratoire Psychologie Clinique, Psychopathologie, Psychanalyse, École Doctorale Cognitions, comportements, conduites humaines.
Domaines de recherche : périnatalité, nouvelles pratiques et technologies autour de la naissance.

Anne-Sophie GIRAUD : Transmission, connaissance, et statut génétique : avoir un enfant grâce au diagnostic préimplantatoire (DPI) en France
L’objectif du DPI, technique autorisée en France depuis les premières lois de bioéthique en 1994, est de faire naître un enfant “sain”, indemne de la maladie ou de l’anomalie recherchée. Si dans le cas des maladies dominantes, la maladie sera “éradiquée” des générations futures ainsi que l’expriment certains couples, dans le cas des maladies récessives et des anomalies chromosomiques, des embryons hétérozygotes — autrement dit indemnes de la maladie mais porteurs de la mutation — ainsi que des embryons dits équilibrés — porteurs de l’anomalie chromosomique mais dont l’ensemble du “matériel chromosomique” est présent —, peuvent être transférés, contribuant à “perpétuer” la présence potentielle de la maladie ou de l’anomalie au sein de la famille. Cette information n’étant pas communiquée actuellement aux couples par les professionnels, à ces moments, se pose la question de la transmission de l’information à l’enfant à naître, potentiellement porteur de la mutation ou de l’anomalie, mais aussi de la communication aux couples. C’est sur ces moments de questionnements que portera cette communication.

Anne-Sophie Giraud, est chargée de recherche au LISST-Centre d’anthropologie sociale (UMR 5193), à Toulouse. Ses recherches portent sur la constitution de la personne dans le processus d’engendrement, avec une attention portée aux technologies reproductives et à l’intervention humaine dans la reproduction. Elle travaille désormais sur le diagnostic préimplantatoire.

Maï LE DÛ : Toucher pour soigner. L’évolution dans le toucher des corps des nourrissons, France, 1950 à aujourd’hui
Les études historiques et ethnologiques prouvent à quel point les soins apportés au petit humain sont chargés de représentation symbolique traduisant — entre autres — la façon de penser le corps dans une société. La permanence historique et l’universalité de la préoccupation sociale pour le soin corporel au nourrisson font de ces “façons de soigner” un miroir reflétant le rapport de l’individu au corps. Cette communication explore la relation au toucher des corps dans les rapports de soin aux nourrissons en France depuis les années 1950 : cette période a en effet été le théâtre d’un inédit changement de paradigme dans le rapport au corps des bébés, et nous apprend beaucoup sur nos représentations anthropologiques et sur les nouveaux usages du corps…

Lynda LOTTE HOAREAU : Situations d’enfance en danger et équipes de soin psychique en périnatalité
Pour beaucoup d’acteurs du champ de la périnatalité psychique se pose la question du positionnement des équipes devant les situations d’enfance en danger. Dès la maternité les professionnels peuvent être confrontés à des situations où le bébé court un risque de maltraitance ou de négligence. Aussi, en fonction des éléments de gravité et d’urgence, les professionnels doivent prendre des décisions pouvant conduire à la mise en place d’une mesure de protection à travers la rédaction d’une information préoccupante ou d’un signalement. Ces décisions se discutent le plus souvent en équipe, lors de staff de parentalité, et quand la situation est extrêmement préoccupante et urgente, l’écrit est communiqué de façon concomitante à la cellule départementale de signalement (et au procureur de la République. Les acteurs de soin que nous avons rencontrés et qui dans le cadre de leurs missions de soins et d’accompagnement ont eu affaire à ces situations “difficiles”, insistent tous sur la nécessité de travailler en amont — c’est-à-dire dès le moment de la grossesse — à l’établissement des liens de proximité entre les différents partenaires institutionnels autour de la future mère surtout lorsque le réseau primaire de la famille est inexistant. Certains d’entre eux dénoncent les résistances inter et intra-institutionnelles ainsi que les problèmes de coordination qui participent grandement à l’isolement des mères et des bébés, rendant la prise en charge et les continuités soignantes pour le moins chaotiques. C’est de ces résistances intra institutionnelles et des modalités de prise en soin de la dyade à travers la mise en place d’un projet d’accompagnement thérapeutique précoce que cette communication souhaite rendre compte en observant les pratiques des professionnels en situation à travers les dispositifs d’intervention et de réflexion mis en place.

Lynda Lotte Hoareau est Docteure en psychologie et psychanalyse. Ingénieure CNRS au Centre de recherche médecine sciences, santé mentale et société (CERMES3) (CNRS UMR 8211, Université de Paris, Inserm U988, EHESS). Psychanalyste (EPOC).
https://www.cermes3.cnrs.fr/fr/membres/130-lotte-lynda

Francesco PANESE : Enjeux, difficultés et possibilités de l’institutionnalisation de l’hypothèse DOHaD dans les dispositifs sanitaires : perspective de sciences sociales de la santé
La modulation contextuelle des trajectoires en santé et en maladie est un constat très ancien qui a été réactualisé récemment par l’hypothèse des Developmental Origins of Health and Disease (DOHaD) et les avancées de l’épigénétique. Toutes deux permettent en effet de mettre en évidence des mécanismes du façonnage précoce de ces trajectoires, celui-ci étant particulièrement important lors des 1000 jours s’étendant de la conception à la première enfance. Ces évidences biologiques ont pour corollaire sanitaire la possibilité d’interventions pour orienter les modifications et adaptations de l’organisme induites par les stimuli environnementaux, les conditions sociales et les expériences vécues au cours de la vie. En démontrant que la qualité du développement précoce est essentielle non seulement pour la santé à l’âge adulte, mais également pour la transmission de la programmation épigénétique aux générations futures, les résultats récents de l’épigénétique couplés à l’hypothèse DOHaD renforcent ainsi la pertinence et l’importance des dispositifs de prévention précoces. Au niveau individuel, on peut faire l’hypothèse qu’ils orienteront progressivement la manière dont les individus eux-mêmes conçoivent leur santé non seulement sous l’aspect de leur patrimoine biologique mais aussi sous celui de leur capacité à agir de manière à tenter de moduler les effets de l’héritabilité épigénétique pour eux-mêmes et leur descendance. Sur le plan collectif, la traduction de l’hypothèse DOHaD en politique sanitaire risque toutefois d’ébranler la vision et la division traditionnelles du travail de prévention. Nous tenterons de mettre en évidence du point de vue des sciences sociales de la santé quelques-unes de ces difficultés et aussi des tentatives de les dépasser.

Sarah SANANÈS : Soins bioinspirés des bébés
S’il faut tout un village pour élever un enfant, pour le soigner avec ses parents, que faut-il ? Tout un réseau ? La coquille Saint-Jacques témoigne du milieu dans lequel elle a grandi, elle garde la trace dans les stries de sa coquille de la composition et de la température de l’eau qui l’a environnée depuis sa naissance. L’épigénétique nous sensibilise de plus en plus à la dimension absolument essentielle de l’environnement du bébé sur son développement. De notre place de clinicienne, nous tenterons de réfléchir à l’environnement des bébés que nous rencontrons, ces bébés pour lesquels le soin vient déposer une nouvelle strie sur la coquille. Comment penser nos dispositifs de soins comme une tentative de préserver l’environnement des bébés en soin lorsque l’adversité survient (troubles psychiques parentaux, troubles du lien) ? Pourrions-nous les penser comme un réseau bioinspiré ? C’est ce que nous nous proposons de discuter.

Sarah Sananès est pédopsychiatre en psychiatrie périnatale, à l’EPSAN (Établissement Public de Santé Alsace Nord), responsable d’un hôpital de jour et d’une équipe mobile de soins conjoints bébés-parents, au sein d’un intersecteur de pédopsychiatrie. Elle est également porte-parole de l’Alliance francophone pour la santé mentale périnatale.
Publications
“L’Alliance, une promesse à tenir ensemble”, in Spirales, 2019/4, n°92.
“Santé mentale périnatale outre-Manche : une inspiration possible pour la France ?”, avec Natacha Collomb, Michel Dugnat, François Poinso, Alain Grégoire, in Spirales, 2019/4, n°92.
“PIkler à la Frimousse”, avec Ambre Winter, Caroline Roesch, Elsa Terzic-Câlin, et l’ensemble de l’équipe de la Frimousse, in Soigner ensemble en psypérinatalité, sous la direction de Natacha Collomb, François Poinso, Michel Dugnat.

Sylvie SÉGURET & Fabrice LESAGE : Parents et équipes de réanimation en crise : décisions critiques et critique des décisions
L’enfant en réanimation, plus que tout autre, ne peut s’exprimer. Quand son avenir se joue autour de décisions de Limitation et Arrêt des Traitements, il revient à d’autres que lui de se projeter dans son avenir et de défendre son intérêt supérieur qui, au regard de la loi Clayes Leonetti, est le cœur de ces décisions. Mais qui est le mieux placé pour défendre l’intérêt supérieur de cet être qui ne peut exprimer ses souhaits ? Parfois les avis des soignants et des parents divergent totalement… et survient la crise… la confiance se rompt… le dialogue s’effrite… la perspective d’une éventuelle résolution judiciaire émerge. Comment comprendre les ressorts de cette crise, comment conserver le dialogue possible, comment continuer à cheminer ensemble ? Comment, par delà les divergences, se retrouver sur un projet commun qui représente le meilleur avenir possible pour cet enfant…

Fabrice Lesage est Pédiatre réanimateur, Responsable de l’UF Réanimation, Service de Réanimation et Surveillance Continue Médico-Chirurgicales Pédiatriques, CHU Necker Enfants Malades, Paris.
Publications
De Saint Blanquat L., Cremer R., Elie C., Lesage F., Dupic L., Hubert P., pour le Groupe francophone de réanimation et urgences pédiatriques (GFRUP), “French law related to patient’s rights and end of life : pediatric intensive care unit’s health professionals’ opinions”, Arch Pediatr, 2014 Jan ; 21(1): 34-43.
Lesage F., Séguret S., “Soignants de Réanimation : machines, cauchemars et rires de soin”, in L’art d’accompagner les bébés, ARIP, Eres 2014, p. 169-178.
Lesage F., Séguret S., Dupic L., Oualha M., De Saint Blanquat L., Hubert P., Améliorer la qualité des entretiens familiaux en réanimation pédiatrique et néonatale : rôle d’une réflexion de groupe, 41ème congrès de la Société de Réanimation de Langue Française, Paris 2013.
Lesage F., Séguret S., “Imagerie médicale : doutes croyances et certitudes chez les pédiatres réanimateurs”, in Bébé sapiens, ARIP, Colloque de Cerisy, Eres 2017, p. 221-26.

Sylvie Séguret est Psychologue clinicienne, psychanalyste. Activité libérale, 50 avenue de Saxe 75015. Expérience de 30 ans en service de réanimations néonatale et pédiatrique, dont 10 ans dédiée exclusivement au soutien des soignants à l’intérieur d’un service de réanimation pédiatrique, Hôpital Necker, APHP.
Publications
Bébés en réanimation, avec Bernard Golse et Mostapha Mokhtari, Odile Jacob, 2001.
Le consentement éclairé en périnatalité et en pédiatrie (sous la direction de), Eres, 2007.
La pédopsychiatrie de liaison, avec Bernard Golse et Pierre Canouï, Eres, 2012.
“Analyse des pratiques en réanimation pédiatrique. Travail d’une psychologue dédiée à l’équipe soignante”, avec Bernard Golse et Philippe Hubert, La psychiatrie de l’enfant, 2012/2, Vol. 55.
“Se laisser atteindre, être atteint : la “fonction d’altérance” au cœur du métier de soignant”, La psychiatrie de l’enfant, 2020/2, Vol. 63.

Olivia TROUPEL : Naître pendant la COVID
Le 14 Mars 2020, la France est entrée dans une situation épidémique de stade 3 en raison de la pandémie COVID-19. Les femmes enceintes au 3e trimestre de grossesse ont été considérées comme personnes à risque présumé de développer une forme sévère de COVID-19 (Avis HCSP du 20 Avril 2020). Dans les centres hospitaliers, les services de maternité et de néonatologie ont dû mettre en place, pour protéger le personnel et les patients, des mesures de distanciation physique. Au vue de la détresse maternelle, il nous a semblé essentiel de mettre en place une recherche CoV-PERINAT afin d’évaluer l’impact de cette crise sanitaire sur le stress parental et la construction du lien parent enfant mais aussi le rôle du support social. Cette recherche que nous vous présenterons est multicentrique et longitudinale et regroupe 4 maternités et/ou Néonatologie. Elle repose sur une association de questionnaires validés complétés en ligne par des mères et des pères (128 parents) en phase 1 (Avril-Mai 2020) et 60 parents dans la phase 2 (Mars-Avril 2021) et 25 parents en phase 3 (avril 2021) par entretiens cette fois. Nous vous présenterons les résultats les plus saillants et les prolongements et questionnements qui s’en dégagent.

Olivia Troupel est Maître de Conférences en Psychologie de l’enfant et de l’adolescent, Université Toulouse Jean-Jaurès, UMR 5193 – Lisst-Cers (https://lisst.univ-tlse2.fr/), Co-responsable de l’Axe 5 : “Parcours de vie et Inégalités : GESTES (GEnre, Santé, TErritoire et RelationS)”, Membre du GIS-BECO (https://beco.univ-tlse2.fr/) et Responsable du Projet CoV-PERINAT dont l’objectif est d’étudier l’impact de la Covid-19 et distanciation physique et sociale : Impact sur la parentalité en Maternité et Néonatologie (Toulouse, Tours, Nantes, Clamart).
Publications
Troupel, O., Benard, M., Paul, O. & Koliouli, F. (2021), “La mise en place du peau à peau dans l’unité de néonatologie en maternité (UNM) : représentations parentales et professionnelles”, Anne Dupuy (éd.), Socialisation familiale des jeunes enfant (pp. 241-252), Toulouse, France, Érès (https://doi.org/10.3917/eres.dupuy.2021.01.0241).
Troupel, O. & Zaouche Gaudron, C. (2017), “Environnement de l’enfant”, C. Zaouche Gaudron, Enfants de la précarité (pp. 103-120), Toulouse, France, Érès.
Troupel, O. (2017), “Comment fonctionnent les relations fraternelles ?”, Spirale, 81, 45-54 (https://doi.org/10.3917/spi.081.0045).
Trichet, J., Cardon, A., Troupel, O. & Zaouche Gaudron, C. (2017), “L’influence de la fratrie sur la socialisation des enfants âgés de 24 à 36 mois et gardés en crèche collective”, Spirale, 81, 166-167 (https://doi.org/10.3917/spi.081.0166).
Pinel-Jacquemin, S., Zaouche Gaudron, C., Troupel, O. & Raynaud, J. P & Kelly-Irving, M. (2016), “Adversités, enfance et famille : les apports de l’approche écosystémique”, Revue Éducation, Santé, Sociétés, 2(2), 93-111 (http://unires-edusante.fr/revue-education-sante-societes-vol-2-n2/).
Lamarque, M. & Troupel, O. (2015), “Mères et pères d’enfants jumeaux : quelles spécificités ?”, Dialogue, 207, 117-126 (https://doi.org/10.3917/dia.207.0117).


“Percevoir le bébé autrement grâce à Colwyn Trevarthen”, par Oguz OMAY
Colwyn Trevarthen, un chercheur éminent, a un regard sur le bébé qui pourrait nous surprendre. Son approche et sa conceptualisation mettent en valeur des aspects inattendus des compétences du bébé, nous forcent à voir l’être humain autrement. Certain.e.s collègues se souviendront de l’intervention de Colwyn Trevarthen au Congrès de l’ARIP en 2014. Nous avions eu le plaisir de le traduire en direct, de manière ludique, cherchant à capter et rendre accessible son style inimitable.
Au décours de son intervention publique d’ARIP, nous avons eu l’occasion de lui poser en privé plusieurs questions pour mieux comprendre sa pensée. Cet échange intimiste à deux a été filmé par Alain Casanova mais n’a jamais été rendu publique.
Lors de notre présentation, nous proposons de projeter ce film de 1h qui est, à notre avis, une synthèse remarquable et rare des travaux de Colwyn Trevarthen. Le débat avec les participants nous permettra de mettre sa pensée en perspective point par point et d’en tirer les éclairages pour notre travail clinique. Son apport changera le regard que nous posons sur les bébés.

Oguz Omay est psychiatre en périnatalité à Lausanne, Suisse. Membre actif de la Société Marcé Francophone, il est également le président de la Société Internationale de la Psychothérapie Interpersonnelle. Il a eu la chance de collaborer avec Colwyn Trevarthen entre 2014 et 2016 autour de plusieurs ateliers de formation.

Rencontrer, écouter… à Cerisy

Le programme des Rencontres de Cerisy du 21 à 27 septembre progresse, vous y verrez et entendrez :

Ayala Borghini
Julie Brumberg-Chaumont
Anne Brisson, Christel Denolle, Jean-Marie de Lépinay
Brigitte Borsoni (psychanalyste)
Sarah Bydlowski
Marie Cousein (psychanalyste, master Anthropologie)
Jacques Dayan et Joëlle Rochette
Emmanuel Devouche
Alain Ducousso Lacaze
Graziela Fava
Sylviane Giampino
Anne-Sophie Giraud
Edouard Gentaz (sous réserve)
Mélanie Gourarier
Maya Gratier
Pascale Gustin
Mylène Hernandez
François Jouen
Heidi Keller
Fabrice Lesage et Sylvie Séguret
Maï Le Du
Linda Lotte Hoareau
Eve Lumbroso
Claude Martin (sous réserve)
Noémie Merleau-Ponty
Elinor Ochs
Oguz Omay
Francesco Panese
Nausicaa Pouscoulous (peut-être)
Philippe Rochat
Sarah Sananès
Umberto Simeoni
Olivia Troupel
Laura Taubman
Stéphane Van Damme
Maiike Van Der Lugt (peut-être)
ET LES DIRECTEURS SCIENTIFIQUES :
Drina Candilis
Michel Dugnat
Mickaële Lantin-Mallet
Natacha Collomb

Février 2020 : Bébé sapiens, nœud de crises ?

Pour plus d’information et s’inscrire :
https://cerisy-colloques.fr/bebesapiens2021/

Son exploration a beau croître en intensité et les savoirs produits à son sujet être de plus en plus pointus, le bébé demeure sous bien des aspects une terra incognita : que se passe-t-il pour lui et en lui ? De l’individu à la famille et aux institutions, en passant par les sciences qui l’étudient, il suscite, à de multiples échelles, interrogations voire bouleversements. Cet étrange sujet-objet mettrait-il en crise la société tout entière ?

En périnatalité, la naissance et la métamorphose accélérée du bébé, dans sa relation avec ses parents, font parler de crises développementales. Par ailleurs, les mouvements des savoirs théoriques entraînent des crises épistémiques. Ensemble, ces mouvements et ces crises influent sur l’évolution des pratiques professionnelles et inversement, par des mécanismes complexes. De plus, les organisations qui prennent soin des bébés et de leurs parents traversent des crises institutionnelles qui affectent l’écosystème du bébé et jettent le trouble dans le champ de la périnatalité.

Alors qu’une pandémie affecte encore davantage les multiples équilibres fragilisés par la venue au monde et tandis que le politique, pour orienter l’attention qu’il entend porter à la période dite des 1000 jours, convoque des savoirs d’experts ou de demi-habiles, il est urgent de prendre le temps d’une réflexion engagée dans les théories comme les pratiques. D’où ce deuxième colloque qui invite des chercheurs de tous bords (en psychologie du développement, neurosciences, sciences humaines et sociales…), des praticiens du soin, des acteurs socio-politiques, et tous ceux qu’intéressent ce sujet), à nourrir cette enquête pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle sur qui est le bébé et ce qu’il nous donne à penser, à dire et à faire.

Elle sera l’occasion pour Cerisy d’une expérimentation de renforcement mutuel entre le présentiel et le distanciel afin d’ouvrir largement les échanges.

Mots-clés : Bébé, périnatalité, développement, crises, institutions, théories, pratiques, politiques publiques, réflexivité, épistémologie

Bébé sapiens, le retour – novembre 2020

Bébé sapiens, facteur de crises. Entre sujet des sciences objectives et objet des sciences subjectives.

Le bébé, qui demeure une terra incognita, mettrait-il en crise la société tout entière de l’institution familiale aux politiques publiques en passant par les sciences qui le dévoilent, le fabriquent ou le cachent ?
La rupture d’équilibre engendrée par la crise a des effets transformatifs dont on ne peut présumer s’ils seront positifs ou négatifs.
En périnatalité, on peut penser aux événements du cycle de vie qui s’appréhendent tant au niveau de l’individu que du groupe familial, voire au-delà. De même que la naissance et le développement accéléré du bébé dans sa relation avec ses parents font parler de « crises développementales », de même les chercheurs parleront de crises épistémiques.
Ces dernières bouleversent l’état des savoirs théoriques et, par capillarité, influent sur les pratiques professionnelles en période périnatale. Or les institutions qui organisent, soignent et prennent soin des bébés et de leur entourage, voire de leur environnement, sont elles aussi traversées par des crises, pas seulement sanitaires.
Toutes ces crises méritent d’être l’objet d’une attention soutenue des chercheurs non seulement les plus pointus sur le bébé (psychologie du développement, « neuro » sciences…) mais aussi de ceux, plus prudents à son égard, des sciences humaines et sociales. Elles invitent aussi à une réflexivité engagée en théorie et en pratique.

Car, dans une période où, pour orienter l’attention qu’il entend porter à la période dite des 1000 jours, le politique convoque des savoirs d’experts, en même temps qu’une pandémie fragilise encore davantage les équilibres bousculés par la venue au monde, il est urgent de prendre le temps de penser ce que le bébé donne à penser et à faire.

Luc Boltanski pour La condition foetale ?

Ce qui fait un être humain, ce n’est pas le fœtus, inscrit dans le corps, mais son adoption symbolique. Or, cette adoption suppose la possibilité d’une discrimination entre les embryons que rien ne distingue. Le caractère arbitraire de cette discrimination est au plan social, et parfois individuel, difficilement supportable. La contradiction est rendue vivable par une sorte de grammaire des catégories : au fœtus projet – adopté par les parents qui, grâce à la parole, accueillent l’être nouveau en lui donnant un nom – s’oppose le fœtus tumoral, embryon accidentel et qui ne sera pas l’objet d’un projet de vie.

Extrait de la présentation de La condition fœtale sur Gallimard.fr

L’inviter pour nous parler du statut liminaire et critique des fœtus, qu’il explore non seulement à travers les enquêtes menées en France sur l’avortement mais aussi via une synthèse, (trop) rapide mais intéressante des données anthropologiques extra-occidentales… ?

l’International Psychoanalytic Association fait enfin une place au bébé

Dimanche 26 avril 2020, 16:00 – 17:30

“Le potentiel préventif du travail psychanalytique parents-enfants en clinique et en recherche”

AVEC : Régine Prat, Talia Hatzor, Christine Anzieu, Constanza Duhalde

Son webinaire est ouvert, filez vous nourrir d’une autre façon encore de parler et fabriquer les bébés ICI

Et commentez, commentez, commentez…

La théorie de l’attachement est-elle bonne pour penser toutes les cultures ?

Un article et une vidéo, en anglais, pour la pondérer à partir d’un décentrement des WEIRD aux sociétés rurales non occidentales.

L’auteur Heidi Keller est professeure de psychologie du développement, dans une optique de comparaison culturelle, à l’université d’Osnabrück en Allemagne. Elle anime un groupe de recherche groupe de recherche “Culture, apprentissage et développement”.

En vidéo

Par écrit

Bébés. De l’anthropologie à la psychanalyse

Ce dialogue est-il possible ? Qu’apporte-t-il ? Sommes-nous parvenus, dans ces deux numéros, à aller au-delà de la juxtaposition de points de vue ? Si non, comment faudrait-il faire ? Quelles pollinisations mutuelles ?

Bébés : de l’anthropologie à la psychanalyse 1

Bébés : de l’anthropologie à la psychanalyse 2

Tisser des liens

Une série ARIP et Créalis Médias

Regarder

La série « Tisser des liens » permet d’articuler deux dimensions essentielles pour la sensibilisation (ou formation) des professionnels travaillant dans le domaine de la petite enfance et de la parentalité. D’une part, elle permet de faire éprouver les manières dont parents et bébés parviennent à se connaître et à se comprendre dans une période sans communication verbale. D’autre part, elle permet d’associer à ces éprouvés les connaissances actuelles sur les capacités des bébés et sur les compétences des parents mais aussi sur les processus par lesquels les bébés se développent avec leurs parents. La série permet d’apprécier une certaine diversité dans les manières d’« être-avec » qui s’installent entre parents et bébés. Dans les premiers temps de la vie, on observe les parents cherchant les actions et les procédés pour apaiser et rassurer mais aussi attirer et intéresser leurs bébés. Les premiers films nous montrent que vers 2 mois certaines routines deviennent familières. Puis les derniers films qu’à 8 mois et au-delà les habitudes interactives sont évidentes dans les routines du repas, de l’endormissement, du jeu. Ils permettent d’apprécier comment ces habitudes à la fois construisent les intimités relationnelles entre parents et bébés et fournissent des occasions d’élaborations créatives entre eux. Aucune autre série à ma connaissance ne fournit ce type d’éclairage.

Maya Gratier et al. in Natacha Collomb, Michel Dugnat, François Poinso (dir.), Soigner ensemble en psypérinatalité, En acte(s) éditions, 2020.

De courts films (3-4 mn) centrés sur les interactions bébés/adultes (WEIRD – White Educated Industrialized Rich Democratic) dans la première année de vie : conçus en version commentée pour les parents, en version “originale” ou “dialoguée” pour les professionnels. À “mettre en crise”, par exemple avec d’autres manières de montrer les bébés et leur environnement : ici ou .

Cerisy 2015 : le premier Bébé sapiens

Bébé Sapiens : un abord transdisciplinaire. Evolution, épigénèse, environnement, futurs… : tout le colloque en ligne sur Colloque TV

Nous sommes partis de là, de cette semaine exceptionnelle en 2015, pour penser un nouvel épisode. Formidablement mis en ligne par Colloque TV, avec aussi la présentation des intervenants : pour goûter par tranches ou faire un festin, en tirer des idées nouvelles, aiguiser la pulsion épistémique autant que l’esprit critique.

Le génie des bébés

LSD : la série documentaire

Pour écouter les émissions : ICI

Épisode 1 : Inconnu in utero : pas de souvenirs, des projections parentales, quelques nouveautés technologiques, la vie in utero demeure mystérieuse.

Épisode 2 : Post-partum, psychose transitoire, en passant par la mélancolie: la clinique du lien après l’accouchement : porter secours à l’aube de la vie est une pratique médicale récente et toujours expérimentale. Le soin n’y est pas « en surcroit », mais vital.

Un épisode enregistré pour partie à l’unité parents-bébé du Centre hospitalier de Montfavet-Avignon, et avec :

  • Julie Marcou, psychiatre au sein de l’hôpital Saint-Joseph à Marseille 
  • Lucie Charial, psychologue et psychanalyste
  • Aude Lefevre , psychologue et psychanalyste
  • Caroline Monin, psychologue clinicienne en pédopsychiatrie
  • Michel Dugnat, pédopsychiatre, praticien hospitalier responsable de l’unité  d’hospitalisation conjointe parents-enfants du service de psychiatrie  infanto-juvénile de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille
  • Evelyne Lenoble, psychiatre et psychanalyste, dirige  l’Unité de Psychopathologie de l’Enfant et de l’Adolescent  de l’Hôpital  Sainte-Anne à Paris
  • Les mères et les pères des bébés
  • Jean-Michel Bartoli, péediatre néonatalogue chef de service de Pédiatrie de l’hôpital Saint-Joseph à Marseille.
  • Michèle Anicet,  pédopsychiatre, chef de service, intersecteur sud de psychiatrie infanto-juvénile au Centre hospitalier de Montfavet

Épisode 3 : Savant sans le savoir : On attribuerait bien volontiers au bébé des dons et des capacités inouïes. L’être le plus vulnérable, celui que nous connaissons le plus intimement et…

Épisode 4 : Et le langage vient : Le bébé n’apprend pas le langage brique par brique, mais comme un détective.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search