Février 2020 : Bébé sapiens, nœud de crises ?

Pour plus d’information et s’inscrire :
https://cerisy-colloques.fr/bebesapiens2021/

Son exploration a beau croître en intensité et les savoirs produits à son sujet être de plus en plus pointus, le bébé demeure sous bien des aspects une terra incognita : que se passe-t-il pour lui et en lui ? De l’individu à la famille et aux institutions, en passant par les sciences qui l’étudient, il suscite, à de multiples échelles, interrogations voire bouleversements. Cet étrange sujet-objet mettrait-il en crise la société tout entière ?

En périnatalité, la naissance et la métamorphose accélérée du bébé, dans sa relation avec ses parents, font parler de crises développementales. Par ailleurs, les mouvements des savoirs théoriques entraînent des crises épistémiques. Ensemble, ces mouvements et ces crises influent sur l’évolution des pratiques professionnelles et inversement, par des mécanismes complexes. De plus, les organisations qui prennent soin des bébés et de leurs parents traversent des crises institutionnelles qui affectent l’écosystème du bébé et jettent le trouble dans le champ de la périnatalité.

Alors qu’une pandémie affecte encore davantage les multiples équilibres fragilisés par la venue au monde et tandis que le politique, pour orienter l’attention qu’il entend porter à la période dite des 1000 jours, convoque des savoirs d’experts ou de demi-habiles, il est urgent de prendre le temps d’une réflexion engagée dans les théories comme les pratiques. D’où ce deuxième colloque qui invite des chercheurs de tous bords (en psychologie du développement, neurosciences, sciences humaines et sociales…), des praticiens du soin, des acteurs socio-politiques, et tous ceux qu’intéressent ce sujet), à nourrir cette enquête pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle sur qui est le bébé et ce qu’il nous donne à penser, à dire et à faire.

Elle sera l’occasion pour Cerisy d’une expérimentation de renforcement mutuel entre le présentiel et le distanciel afin d’ouvrir largement les échanges.

Mots-clés : Bébé, périnatalité, développement, crises, institutions, théories, pratiques, politiques publiques, réflexivité, épistémologie

Bébé sapiens, le retour – novembre 2020

Bébé sapiens, facteur de crises. Entre sujet des sciences objectives et objet des sciences subjectives.

Le bébé, qui demeure une terra incognita, mettrait-il en crise la société tout entière de l’institution familiale aux politiques publiques en passant par les sciences qui le dévoilent, le fabriquent ou le cachent ?
La rupture d’équilibre engendrée par la crise a des effets transformatifs dont on ne peut présumer s’ils seront positifs ou négatifs.
En périnatalité, on peut penser aux événements du cycle de vie qui s’appréhendent tant au niveau de l’individu que du groupe familial, voire au-delà. De même que la naissance et le développement accéléré du bébé dans sa relation avec ses parents font parler de « crises développementales », de même les chercheurs parleront de crises épistémiques.
Ces dernières bouleversent l’état des savoirs théoriques et, par capillarité, influent sur les pratiques professionnelles en période périnatale. Or les institutions qui organisent, soignent et prennent soin des bébés et de leur entourage, voire de leur environnement, sont elles aussi traversées par des crises, pas seulement sanitaires.
Toutes ces crises méritent d’être l’objet d’une attention soutenue des chercheurs non seulement les plus pointus sur le bébé (psychologie du développement, « neuro » sciences…) mais aussi de ceux, plus prudents à son égard, des sciences humaines et sociales. Elles invitent aussi à une réflexivité engagée en théorie et en pratique.

Car, dans une période où, pour orienter l’attention qu’il entend porter à la période dite des 1000 jours, le politique convoque des savoirs d’experts, en même temps qu’une pandémie fragilise encore davantage les équilibres bousculés par la venue au monde, il est urgent de prendre le temps de penser ce que le bébé donne à penser et à faire.

Bébé sapiens, le retour – Avril 2020

Des crises en périnatalité et de la périnatalité en crise : perspectives depuis les bébés, les familles, les institutions, les savoirs (et le Covid ?)

Retenons des multiples définitions possibles de la notion de crise, celle qui insiste sur une rupture d’équilibre, au niveau tant des individus, que de la société et de ses institutions, ou encore de la science et des connaissances qu’elle produit, et dont on suppose qu’elle aura eu des effets transformatifs, sans présumer de la nature, positive ou non, de ceux-ci. À ce titre, et dans le domaine qui nous occupe, peuvent être mentionnées les crises développementales qui désigneraient, à l’échelle des individus, des moments critiques du cycle de vie ; les événements scandant, structurant et bouleversant, à l’échelle du groupe familial, ce même cycle ; et, non réductibles mais aisément articulables les unes aux autres, d’une part, les crises épistémiques qui bouleversent l’état des savoirs théoriques et, par capillarité, pratiques concernant la période périnatale et les personnes en période périnatale et, d’autre part, les crises des institutions qui ont pour tâche d’en prendre soin de la plus adaptée possible des manières. Pour être plus spécifique encore, on peut remarquer que de plus en plus de recherches, en particulier dans la suite du tournant de l’épigénétique, en neurosciences, s’appuyant sur l’accélération de la production et diffusion de techniques d’investigation, décrivent les transformations physiologiques co-occurrentes avec la grossesse et le post-partum, alors que les « psychistes », depuis longtemps, rendent compte des ajustements ou des bouleversements psychiques, observés dans leur clinique, liés à cette période de la vie. L’évolution des modalités d’administration de la preuve servant la légitimation des normes, des soins de puériculture jusque dans les politiques publiques, jette le trouble dans les articulations entre les champs intéressés à la périnatalité : épistémique, institutionnel, sanitaire, médico-social, sociétal. De leur côté, les historiens pour les sociétés du passé et les anthropologues pour celles de l’ailleurs racontent l’abondance de rites entourant conception, grossesse et naissance, des moments où l’advenue de la vie, conçue comme fragile, nécessite d’être facilitée et protégée. Ils montrent aussi, de concert avec les sociologues, à quel point le projet, les modes de fabrication et/ou l’arrivée d’un enfant configurent ou reconfigurent la famille dans son ensemble et les positions, rôles et statuts des individus qui la composent et transforment les dispositifs de parentalité. Dans le monde de la socialité numérique, émergent récemment les voix de femmes qui veulent porter à la connaissance du plus grand nombre le vécu d’intense chamboulement, douloureux, sous-évalué voire nié, qu’a représenté pour elles la période périconceptionnelle, la grossesse, l’accouchement et leurs suites. Les bébés, quant à eux, du moins les plus petits d’entre eux, n’ont pas de mots pour le dire, mais nombreux sont les discours scientifiques, profanes, professionnels qui tentent de percer à jour leur mystère par un décryptage de leurs sensations, de leurs émotions, de leurs cognitions, de leur état psychique… : quelles crises traversent les bébés ? Leur arrivée au monde a parfois été décrite comme un traumatisme qu’il leur faudrait dépasser, puis comme un « déménagement écologique », ou encore comme une période liminaire, infrahumaine, qu’ils doivent traverser soutenus par une attention toute particulière. Tranchant avec cette notion d’une discontinuité fondamentale entre la vie intra et extra-utérine, d’autres thèses défendent l’idée d’une continuité, qui du sentiment d’existence, qui des compétences cognitives et relationnelles données comme innées ou postulées comme émergentes dès l’anténatal. Les promoteurs de la précocité des compétences semblent l’emporter sur les tenants de l’approche plus discontinuiste laquelle insiste sur la singularité de l’être bébé et sur la progressivité de son humanisation. Quoiqu’il en soit, ces représentations scientifiques, de fait en compétition, informent diversement, à travers leurs formations ou de manière plus diffuse, les représentations et les pratiques (la culture) des professionnels qui s’occupent des bébés et de leurs parents et des multiples institutions qui les concernent directement et indirectement. Cette compétition pour la bonne et juste science n’est pas sans conséquence sur la vie institutionnelle et sur la vie des soignés-accueillis, petits et grands. Touchant plus immédiatement les parents, les ouvrages et les revues de vulgarisation scientifique ou d’accompagnement à la parentalité contribuent à définir, à diffuser et à rendre désirable, en le plébiscitant, un modèle dominant de bébé, de l’enfant puis de l’adulte qu’il deviendra conforme aux attentes d’une société libérale. Finalement, pourquoi les bébés semblent-ils faire crise dans nombre de mondes : sociaux, scientifiques, institutionnels ? Faut-il en imputer la cause à la difficulté persistante à renoncer à l’apparente transparence de l’intériorité et de la subjectivité d’autrui qu’offre le langage verbal ? Le bébé, qu’on ne peut faire parler qu’en interprétant des signes non verbaux (comportements, imagerie…), reflète-t-il finalement, dans une version radicale, les limites de la connaissance de ces sujets que nous, sapiens, sommes et que nous nous efforçons de constituer en objets pour la science ?

Et le Covid dans tout ça ? La crise pandémique actuelle (2020), et ses effets potentiellement traumatiques, n’a pas pour unique conséquence une terrible surmorbidité et surmortalité, en particulier de toutes les populations fragiles, mais aussi une révolution (peut-être provisoire) de la socialité qui, non discriminante, atteint le bébé, peu ou pas accessible à la socialité virtuelle. Ses relations à son environnement familial et social, incluant les institutions soignantes et prévenantes, voient leur nature se transformer et leur spectre se restreindre, tant du point de vue de la quantité que de la variété, et peut-être, en conséquence, de la qualité. Quelles crises en résultent-elles pour le bébé et ses proches dans l’ici et maintenant du confinement ? Quelles conséquences développementales des bébés nés en période de confinement constatera-t-on peut-être dans le recul de l’après ? Quels effets sur les reformulations des liens intra et extra-familiaux ? Quelles pathogénicités cette crise se révélera-t-elle avoir, et quelles nouvelles formes de résiliences fera-t-elle émerger ? Quelles transformations auront subis chemin faisant le sujet-bébé et le bébé des représentations ?

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions

Bébé sapiens, le retour – Janvier 2020

Objet ou sujet, le bébé fait crise : quels remaniements biologiques, psychiques, sociétaux, paradigmatiques ?

Proto-argument

Le bébé dans toutes ses dimensions, en particulier du fait des évolutions de la science et des savoirs le concernant, permet de penser à nouveaux frais la question sujet/objet et, en arrière-plan, celle du sujet des sciences dites objectives et de l’objet des sciences dites subjectives.
La question du bébé comme objet et/ou comme sujet invite à une nécessaire réflexivité sur et dans les pratiques de soins et de recherche qui conduit à des questionnements éthiques.

Facteur de crises, ce sujet-objet étrange produit des effets à différentes échelles, de l’épigénome à l’épistémologie, en passant par les individus, les familles, les institutions, les mondes sociaux, les écologies qu’il convoque.

L’étude des mises en crise autour du bébé sera l’objet-sujet de ce colloque.

Pour respecter l’esprit de la règle cerisyenne, un temps égal sera consacré aux orateurs et aux participants, tous ayant vocation à devenir des intervenants. Pour jouer avec la règle, des conversations entre orateurs seront privilégiées. Cette « utopie réaliste », fugitive Abbaye de Thélème, où des cliniciens en recherche comme des chercheurs intéressés à la pratique s’entendraient, sera préparée par un carnet Hypothèses et le colloque international de (psy)périnatalité de l’ARIP (centre de congrès du Palais des papes d’Avignon), 19-20-21 novembre 2020. Un modèle de co-financement original sera recherché.

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions

Premier bébé – Septembre 2019

Bébé Sapiens (le retour !)
Objet des sciences subjectives ? Sujet des sciences objectives ?

Le bébé sapiens du colloque de Cerisy 2015 invitait des personnes issues de multiples horizons professionnels et disciplinaires à découvrir l’étendue, toujours plus grande, des connaissances le concernant et à se pencher, forts de ces savoirs, sur son devenir et, à travers lui, sur celui de l’espèce et de la société humaines.

Au-delà d’un état des lieux, partiel mais foisonnant, des connaissances sur le bébé, la belle surprise de cette rencontre a certainement été la possibilité ouverte par l’épigénétique d’instaurer (ou de restaurer), entre des cultures professionnelles et scientifiques plurielles, un dialogue fondé sur un postulat commun : autour (avant, pendant, après la naissance) de la fabrication d’un bébé, tout se joue, mais rien n’est définitivement joué. C’était affirmer du point de vue des sciences de la nature (objectives) le rôle crucial de l’environnement dans le développement du bébé et de la personne (du sujet) qu’il deviendra.

Il y a incontestablement un moment opportun, que les Grecs nomment kairos, à saisir à partir de ce postulat désormais largement partagé, comme du savoir de la spectaculaire rapidité du développement du bébé « rétroactivement » fondé sur la boucle interactive entre le donné et l’acquis, le biologique et le social, la compétence et la performance, le potentiel et sa réalisation…
Opportunité de savoir (encore plus), opportunité d’agir (de plus en plus efficacement) et donc d’améliorer, mais aussi de prévenir.

Ce second Cerisy propose cependant, tout en prolongeant le premier dont il actualise l’état des savoirs, de suspendre le mouvement d’accumulation des connaissances pour :

  • interroger la place faite au bébé en personne – objet ? sujet ? – dans la clinique, dans le soin, dans la recherche, dans la société
  • favoriser une prise critique sur les conditions, les méthodes, les enjeux de l’élaboration des savoirs dans la recherche comme dans la clinique
  • poser les conditions de possibilité et les limites des transferts de savoirs et de savoir-faire d’un champ disciplinaire et/ou professionnel à un autre, d’un contexte national à un autre, et identifier leurs dimensions socialement, politiquement, historiquement situées
  • identifier les hybridations, les réappropriations, les interprétations circulant entre ces différents domaines de pratiques (scientifiques et cliniques) tous intéressés au bébé
  • permettre l’ouverture d’un véritable dialogue entre perspectives théoriques et pratiques, « objectives » et « subjectives », fondamentales et appliquées

Dans cette perspective, ce second Cerisy autour du bébé poussera plus loin la traditionnelle équité entre temps de communication et temps de discussion en plaçant le dialogue au cœur même des communications : chercheurs curieux interrogeant sur leurs savoirs des professionnels en périnatalité, et inversement. Un blog préparatoire au colloque permettra aux intervenants et participants de faire connaissance, d’initier des échanges féconds et aux organisateurs d’inventer une forme adaptée à cet objet/sujet certes commun mais aussi complexe, polymorphe et plurivoque.

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions