Luc Boltanski pour La condition foetale ?

Ce qui fait un être humain, ce n’est pas le fœtus, inscrit dans le corps, mais son adoption symbolique. Or, cette adoption suppose la possibilité d’une discrimination entre les embryons que rien ne distingue. Le caractère arbitraire de cette discrimination est au plan social, et parfois individuel, difficilement supportable. La contradiction est rendue vivable par une sorte de grammaire des catégories : au fœtus projet – adopté par les parents qui, grâce à la parole, accueillent l’être nouveau en lui donnant un nom – s’oppose le fœtus tumoral, embryon accidentel et qui ne sera pas l’objet d’un projet de vie.

Extrait de la présentation de La condition fœtale sur Gallimard.fr

L’inviter pour nous parler du statut liminaire et critique des fœtus, qu’il explore non seulement à travers les enquêtes menées en France sur l’avortement mais aussi via une synthèse, (trop) rapide mais intéressante des données anthropologiques extra-occidentales… ?

La vie psychique des bébés et de leurs mères en période de crise Covid-19

Voilà mon amorce, personnelle, donc typée et engagée, mais qui vous invite à poursuivre et broder “tricoter”, comme disait Michel Soulé, ce premier lange, première grenouillère pré-tissée dans une tessiture mondialisée (délocalisée en Chine, en Inde ou au Pakistan) et finalement si fragile ! J’essaie de trouver un angle d’attaque qui ne soit pas une déclaration de “bonne” intention mais qui introduise le paramètre incompressible de la vie psychique au cœur de la survie en situation de catastrophe sanitaire… ce n’est pas docte, peut-être une préconisation éthique … qui a à voir avec une dimension”sacrée”. Pour ma part, je suis convaincue que la charge émotionnelle autour de la naissance peut être comparée à celle de la mort et du deuil (dont on voit à quel point la privation des rites d’accompagnement des défunts et de leur agonie la bât en brèche, du fait de l’éloignement physique prescrit). Et je note le peu de consensus du socius à ce sujet. La faiblesse des rituels collectifs en termes de sens donné à la vie et à la mort nous laisse sans autre recours que de croire aux dispositifs médicaux et autres qui s’y sont substitués. Les remous à l’Assemblée avant le covid 19 sur les congés pour deuil d’un enfant avaient pointé notre désarroi collectif. Même ces aspects de l’intime auraient-ils à être légiférés ? Doit-on s’endeuiller de concert et sur ordonnance, sur la base des indemnités journalières ?
Ma crainte est que les préconisations psy soient des barrières dérisoires contre le tsunami des cercueils alignés dans dans les patinoires de Madrid ou des agonisants seuls sur les lits de camp de fortune de Bergame.
Notre fonction sociétale est pourtant importante. Un levier pour la faire reconnaître est de l’articuler à l’histoire et de se tenir au niveau d’une fonction d’oracle étayée par la preuve à venir. Nous sommes dans une dimension inédite de supra-prévention ou l’on sait grâce au progrès des connaissances que les “bébés covid” vont être impactés par la catastrophe sanitaire et pourquoi les confinements sont antithétiques au déploiement du lien. Quand il faut un groupe, un village pour mettre au monde un bébé, la mise au monde selon René Kaës étant une présentation, après un sas de “décontamination” de 40 jours en milieu sécurisé, le plus souvent presque exclusivement féminin où nouvelle accouchée et bébé sont pris en charge, période de marge (Van Gennep), bien trop souvent négligée même sans Covid 19. Ce temps-là n’est pas équivalent au reste de la vie, n’en déplaise aux faiseurs de dispositifs qui, par souci d’efficacité universalisante, négligent la chrono-dépendance.
À poursuivre …

l’International Psychoanalytic Association fait enfin une place au bébé

Dimanche 26 avril 2020, 16:00 – 17:30

“Le potentiel préventif du travail psychanalytique parents-enfants en clinique et en recherche”

AVEC : Régine Prat, Talia Hatzor, Christine Anzieu, Constanza Duhalde

Son webinaire est ouvert, filez vous nourrir d’une autre façon encore de parler et fabriquer les bébés ICI

Et commentez, commentez, commentez…

La théorie de l’attachement est-elle bonne pour penser toutes les cultures ?

Un article et une vidéo, en anglais, pour la pondérer à partir d’un décentrement des WEIRD aux sociétés rurales non occidentales.

L’auteur Heidi Keller est professeure de psychologie du développement, dans une optique de comparaison culturelle, à l’université d’Osnabrück en Allemagne. Elle anime un groupe de recherche groupe de recherche “Culture, apprentissage et développement”.

En vidéo

Par écrit

Bébés. De l’anthropologie à la psychanalyse

Ce dialogue est-il possible ? Qu’apporte-t-il ? Sommes-nous parvenus, dans ces deux numéros, à aller au-delà de la juxtaposition de points de vue ? Si non, comment faudrait-il faire ? Quelles pollinisations mutuelles ?

Bébés : de l’anthropologie à la psychanalyse 1

Bébés : de l’anthropologie à la psychanalyse 2

Tisser des liens

Une série ARIP et Créalis Médias

Regarder

La série « Tisser des liens » permet d’articuler deux dimensions essentielles pour la sensibilisation (ou formation) des professionnels travaillant dans le domaine de la petite enfance et de la parentalité. D’une part, elle permet de faire éprouver les manières dont parents et bébés parviennent à se connaître et à se comprendre dans une période sans communication verbale. D’autre part, elle permet d’associer à ces éprouvés les connaissances actuelles sur les capacités des bébés et sur les compétences des parents mais aussi sur les processus par lesquels les bébés se développent avec leurs parents. La série permet d’apprécier une certaine diversité dans les manières d’« être-avec » qui s’installent entre parents et bébés. Dans les premiers temps de la vie, on observe les parents cherchant les actions et les procédés pour apaiser et rassurer mais aussi attirer et intéresser leurs bébés. Les premiers films nous montrent que vers 2 mois certaines routines deviennent familières. Puis les derniers films qu’à 8 mois et au-delà les habitudes interactives sont évidentes dans les routines du repas, de l’endormissement, du jeu. Ils permettent d’apprécier comment ces habitudes à la fois construisent les intimités relationnelles entre parents et bébés et fournissent des occasions d’élaborations créatives entre eux. Aucune autre série à ma connaissance ne fournit ce type d’éclairage.

Maya Gratier et al. in Natacha Collomb, Michel Dugnat, François Poinso (dir.), Soigner ensemble en psypérinatalité, En acte(s) éditions, 2020.

De courts films (3-4 mn) centrés sur les interactions bébés/adultes (WEIRD – White Educated Industrialized Rich Democratic) dans la première année de vie : conçus en version commentée pour les parents, en version “originale” ou “dialoguée” pour les professionnels. À “mettre en crise”, par exemple avec d’autres manières de montrer les bébés et leur environnement : ici ou .

Cerisy 2015 : le premier Bébé sapiens

Bébé Sapiens : un abord transdisciplinaire. Evolution, épigénèse, environnement, futurs… : tout le colloque en ligne sur Colloque TV

Nous sommes partis de là, de cette semaine exceptionnelle en 2015, pour penser un nouvel épisode. Formidablement mis en ligne par Colloque TV, avec aussi la présentation des intervenants : pour goûter par tranches ou faire un festin, en tirer des idées nouvelles, aiguiser la pulsion épistémique autant que l’esprit critique.

Le génie des bébés

LSD : la série documentaire

Pour écouter les émissions : ICI

Épisode 1 : Inconnu in utero : pas de souvenirs, des projections parentales, quelques nouveautés technologiques, la vie in utero demeure mystérieuse.

Épisode 2 : Post-partum, psychose transitoire, en passant par la mélancolie: la clinique du lien après l’accouchement : porter secours à l’aube de la vie est une pratique médicale récente et toujours expérimentale. Le soin n’y est pas « en surcroit », mais vital.

Un épisode enregistré pour partie à l’unité parents-bébé du Centre hospitalier de Montfavet-Avignon, et avec :

  • Julie Marcou, psychiatre au sein de l’hôpital Saint-Joseph à Marseille 
  • Lucie Charial, psychologue et psychanalyste
  • Aude Lefevre , psychologue et psychanalyste
  • Caroline Monin, psychologue clinicienne en pédopsychiatrie
  • Michel Dugnat, pédopsychiatre, praticien hospitalier responsable de l’unité  d’hospitalisation conjointe parents-enfants du service de psychiatrie  infanto-juvénile de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille
  • Evelyne Lenoble, psychiatre et psychanalyste, dirige  l’Unité de Psychopathologie de l’Enfant et de l’Adolescent  de l’Hôpital  Sainte-Anne à Paris
  • Les mères et les pères des bébés
  • Jean-Michel Bartoli, péediatre néonatalogue chef de service de Pédiatrie de l’hôpital Saint-Joseph à Marseille.
  • Michèle Anicet,  pédopsychiatre, chef de service, intersecteur sud de psychiatrie infanto-juvénile au Centre hospitalier de Montfavet

Épisode 3 : Savant sans le savoir : On attribuerait bien volontiers au bébé des dons et des capacités inouïes. L’être le plus vulnérable, celui que nous connaissons le plus intimement et…

Épisode 4 : Et le langage vient : Le bébé n’apprend pas le langage brique par brique, mais comme un détective.

Babies : une série documentaire sur Netflix

À regarder, à raconter, à méditer…

Entre nature et culture, ce docu-série explore les recherches scientifiques révolutionnaires qui permettent de comprendre la toute première année de la vie des bébés.

Netflix

Le visionnage (très) critique de Nandita Chaudhary, une blogueuse indienne :

La psychologie du développement vue d’ailleurs Lire et ici
Des images antidotes de Nandita Chaudhary
dsc_0192

La brève lecture du Guardian ICI


Le bébé statisticien : les théories bayésiennes de l’apprentissage

Cours de Stanislas Dehaene au Collège de France – 2013

À regarder ou à écouter, en ligne ou en téléchargeant les fichiers audio ou vidéo : et ne pas hésiter à commenter !

Les cours et les supports des cours ICI

Programme :

Le nourrisson : ce qu’il sait, ce qu’il apprend

À écouter, à comprendre, à pondérer, à comparer, voire à soumettre à vos esprits critiques cliniques, épistémiques, relativistes… le séminaire de Stanislas Dehaene consacré aux savoirs et aux apprentissages du nourrisson.

Séminaire de psychologie cognitive expérimentale de Stanislas Dehaene, Collège de France 2012


L’acquisition précoce de la syntaxe par Anne Christophe

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/seminar-2012-01-10-11h00.htm

Support pédagogique :

The first stages of first and second-language acquisition par Patricia Kuhl

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/seminar-2012-01-24-11h00.htm


La cognition olfactive du nouveau-né et du nourrisson par Benoist Schaal

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/seminar-2012-01-24-11h00.htm


Babies in society: perception of faces and biological motion de la vie par Francesca Simion

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/seminar-2012-01-31-11h00.htm


L’intuition mathématique : du bébé à l’adulte par Véronique Izard

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/seminar-2012-02-07-11h00.htm


Statistical Learning and Infant Language Acquisition par Jenny Saffran

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/seminar-2012-02-14-11h00.htm


Causality and Inference in Infants par Laura Schulz

Bébé sapiens, le retour – Avril 2020

Des crises en périnatalité et de la périnatalité en crise : perspectives depuis les bébés, les familles, les institutions, les savoirs (et le Covid ?)

Retenons des multiples définitions possibles de la notion de crise, celle qui insiste sur une rupture d’équilibre, au niveau tant des individus, que de la société et de ses institutions, ou encore de la science et des connaissances qu’elle produit, et dont on suppose qu’elle aura eu des effets transformatifs, sans présumer de la nature, positive ou non, de ceux-ci. À ce titre, et dans le domaine qui nous occupe, peuvent être mentionnées les crises développementales qui désigneraient, à l’échelle des individus, des moments critiques du cycle de vie ; les événements scandant, structurant et bouleversant, à l’échelle du groupe familial, ce même cycle ; et, non réductibles mais aisément articulables les unes aux autres, d’une part, les crises épistémiques qui bouleversent l’état des savoirs théoriques et, par capillarité, pratiques concernant la période périnatale et les personnes en période périnatale et, d’autre part, les crises des institutions qui ont pour tâche d’en prendre soin de la plus adaptée possible des manières. Pour être plus spécifique encore, on peut remarquer que de plus en plus de recherches, en particulier dans la suite du tournant de l’épigénétique, en neurosciences, s’appuyant sur l’accélération de la production et diffusion de techniques d’investigation, décrivent les transformations physiologiques co-occurrentes avec la grossesse et le post-partum, alors que les « psychistes », depuis longtemps, rendent compte des ajustements ou des bouleversements psychiques, observés dans leur clinique, liés à cette période de la vie. L’évolution des modalités d’administration de la preuve servant la légitimation des normes, des soins de puériculture jusque dans les politiques publiques, jette le trouble dans les articulations entre les champs intéressés à la périnatalité : épistémique, institutionnel, sanitaire, médico-social, sociétal. De leur côté, les historiens pour les sociétés du passé et les anthropologues pour celles de l’ailleurs racontent l’abondance de rites entourant conception, grossesse et naissance, des moments où l’advenue de la vie, conçue comme fragile, nécessite d’être facilitée et protégée. Ils montrent aussi, de concert avec les sociologues, à quel point le projet, les modes de fabrication et/ou l’arrivée d’un enfant configurent ou reconfigurent la famille dans son ensemble et les positions, rôles et statuts des individus qui la composent et transforment les dispositifs de parentalité. Dans le monde de la socialité numérique, émergent récemment les voix de femmes qui veulent porter à la connaissance du plus grand nombre le vécu d’intense chamboulement, douloureux, sous-évalué voire nié, qu’a représenté pour elles la période périconceptionnelle, la grossesse, l’accouchement et leurs suites. Les bébés, quant à eux, du moins les plus petits d’entre eux, n’ont pas de mots pour le dire, mais nombreux sont les discours scientifiques, profanes, professionnels qui tentent de percer à jour leur mystère par un décryptage de leurs sensations, de leurs émotions, de leurs cognitions, de leur état psychique… : quelles crises traversent les bébés ? Leur arrivée au monde a parfois été décrite comme un traumatisme qu’il leur faudrait dépasser, puis comme un « déménagement écologique », ou encore comme une période liminaire, infrahumaine, qu’ils doivent traverser soutenus par une attention toute particulière. Tranchant avec cette notion d’une discontinuité fondamentale entre la vie intra et extra-utérine, d’autres thèses défendent l’idée d’une continuité, qui du sentiment d’existence, qui des compétences cognitives et relationnelles données comme innées ou postulées comme émergentes dès l’anténatal. Les promoteurs de la précocité des compétences semblent l’emporter sur les tenants de l’approche plus discontinuiste laquelle insiste sur la singularité de l’être bébé et sur la progressivité de son humanisation. Quoiqu’il en soit, ces représentations scientifiques, de fait en compétition, informent diversement, à travers leurs formations ou de manière plus diffuse, les représentations et les pratiques (la culture) des professionnels qui s’occupent des bébés et de leurs parents et des multiples institutions qui les concernent directement et indirectement. Cette compétition pour la bonne et juste science n’est pas sans conséquence sur la vie institutionnelle et sur la vie des soignés-accueillis, petits et grands. Touchant plus immédiatement les parents, les ouvrages et les revues de vulgarisation scientifique ou d’accompagnement à la parentalité contribuent à définir, à diffuser et à rendre désirable, en le plébiscitant, un modèle dominant de bébé, de l’enfant puis de l’adulte qu’il deviendra conforme aux attentes d’une société libérale. Finalement, pourquoi les bébés semblent-ils faire crise dans nombre de mondes : sociaux, scientifiques, institutionnels ? Faut-il en imputer la cause à la difficulté persistante à renoncer à l’apparente transparence de l’intériorité et de la subjectivité d’autrui qu’offre le langage verbal ? Le bébé, qu’on ne peut faire parler qu’en interprétant des signes non verbaux (comportements, imagerie…), reflète-t-il finalement, dans une version radicale, les limites de la connaissance de ces sujets que nous, sapiens, sommes et que nous nous efforçons de constituer en objets pour la science ?

Et le Covid dans tout ça ? La crise pandémique actuelle (2020), et ses effets potentiellement traumatiques, n’a pas pour unique conséquence une terrible surmorbidité et surmortalité, en particulier de toutes les populations fragiles, mais aussi une révolution (peut-être provisoire) de la socialité qui, non discriminante, atteint le bébé, peu ou pas accessible à la socialité virtuelle. Ses relations à son environnement familial et social, incluant les institutions soignantes et prévenantes, voient leur nature se transformer et leur spectre se restreindre, tant du point de vue de la quantité que de la variété, et peut-être, en conséquence, de la qualité. Quelles crises en résultent-elles pour le bébé et ses proches dans l’ici et maintenant du confinement ? Quelles conséquences développementales des bébés nés en période de confinement constatera-t-on peut-être dans le recul de l’après ? Quels effets sur les reformulations des liens intra et extra-familiaux ? Quelles pathogénicités cette crise se révélera-t-elle avoir, et quelles nouvelles formes de résiliences fera-t-elle émerger ? Quelles transformations auront subis chemin faisant le sujet-bébé et le bébé des représentations ?

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions

Bébé sapiens, le retour – Janvier 2020

Objet ou sujet, le bébé fait crise : quels remaniements biologiques, psychiques, sociétaux, paradigmatiques ?

Proto-argument

Le bébé dans toutes ses dimensions, en particulier du fait des évolutions de la science et des savoirs le concernant, permet de penser à nouveaux frais la question sujet/objet et, en arrière-plan, celle du sujet des sciences dites objectives et de l’objet des sciences dites subjectives.
La question du bébé comme objet et/ou comme sujet invite à une nécessaire réflexivité sur et dans les pratiques de soins et de recherche qui conduit à des questionnements éthiques.

Facteur de crises, ce sujet-objet étrange produit des effets à différentes échelles, de l’épigénome à l’épistémologie, en passant par les individus, les familles, les institutions, les mondes sociaux, les écologies qu’il convoque.

L’étude des mises en crise autour du bébé sera l’objet-sujet de ce colloque.

Pour respecter l’esprit de la règle cerisyenne, un temps égal sera consacré aux orateurs et aux participants, tous ayant vocation à devenir des intervenants. Pour jouer avec la règle, des conversations entre orateurs seront privilégiées. Cette « utopie réaliste », fugitive Abbaye de Thélème, où des cliniciens en recherche comme des chercheurs intéressés à la pratique s’entendraient, sera préparée par un carnet Hypothèses et le colloque international de (psy)périnatalité de l’ARIP (centre de congrès du Palais des papes d’Avignon), 19-20-21 novembre 2020. Un modèle de co-financement original sera recherché.

2015 anthropologie bébés compétences continuité Covid crises cultures dialogue discontinuité documentaire développement familles histoire humanisation institutions interdisciplinarité intervenants kairos langage modèles neurosciences objectivité objet parentalité participants précocition précocité périnatalité représentations réflexivité sapiens savoirs sciences socialité virtuelle sociologie soignants subjectivité sujet traumatisme vidéos épigénome épigénétique épistémologie évolutions